45 295 Avis BD |19 547 Albums BD | 7 720 séries BD
Accueil
Tome 2 : Traversée d'un désert
 

Abdallahi, tome 2 : Traversée d'un désert

 
 

Résumé

Abdallahi, tome 2 : Traversée d'un désertAfin d'acceder au résumé de Abdallahi, tome 2 : Traversée d'un désert, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Abdallahi, tome 2 : Traversée d'un désertAfin de conclure ce diptyque en beauté, Christophe Dabitch et Jean-Denis Pendanx continuent de romancer la biographie de René Caillé, alias Abdallahi, et les carnets de son laborieux voyage vers la ville mythique de Tombouctou en 1827.

Alors que le tome précédent consacrait encore une partie de l’histoire aux préparatifs, ce deuxième album se concentre maintenant sur le pèlerinage éprouvant de 4500 kilomètres à pied, de cet aventurier français qui se converti initialement à l’Islam pour servir sa gloire personnelle, mais qui finira par trouver refuge dans la prière et la lecture du Coran pour survivre mentalement à la dureté de son périple.

Une odyssée au sein d’un continent africain encore vierge de toute colonisation qui fera vaciller ce Charentais fils de bagnard physiquement, en flirtant avec la mort, mais également mentalement, en l’entraînant au bord de la folie.

Une aventure qui va étaler les beautés non souillées de l’Afrique au lecteur, tout en lui ouvrant les yeux sur les négriers, et en imbibant ce premier Européen à revenir vivant de Tombouctou, ville interdite aux Blancs, de désespoir et de détresse au fil des pages. Une traversée du désert du Sahara qui parsèmera de doutes notre pèlerin concernant l’utilité de son exploit et qui laissera les auteurs dans l’incertitude quant aux réelles motivations de cet explorateur, pionnier de la colonisation française en Afrique ou humaniste anti-esclavagiste ?

Le dessin en couleurs directes brûlantes et brillantes de Jean-Denis Pendanx, fait transpirer cette Afrique poussiéreuse à la chaleur palpable. La désolation de Tombouctou et la noirceur des pensées d’Abdallahi lors du retour contrastent magnifiquement avec la luminosité du désert et avec le décor final plein de quiétude, imaginé par les auteurs.

Finalement, alors que cette fin d’année permet de retrouver côte à côte le cinquième tome du "Chat du Rabbin", qui offre une réflexion subtile sur le voyage d’étrangers allant d’Alger jusqu’en Éthiopie, et le deuxième tome de cette traversée du désert qui pousse un être humain au-delà de ses limites, on finit par se dire que c’est très beau de philosopher, mais qu’il n’y a quand même rien de tel qu’un témoignage poignant tel qu’Abdallahi.


Chronique rédigée par yvan le 03/01/2007
 
 
Statistiques posteur :
  • 2344 (58,32 %)
  • 1104 (27,47 %)
  • 571 (14,21 %)
  • Total : 4019 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 5,00 Note générale
  • Originalité : 4,50 Originalité
  • Scénario : 4,50 Scénario
  • Dessin : 5,00 Dessin
 
Acheter neuf : 15,91 15,91 15,91
Acheter d'occasion : 29,98
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.00
Dépôt légal : Novembre 2006

Avis des lecteurs

4 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Abdallahi, tome 2 : Traversée d'un désert, lui attribuant une note moyenne de 4,00/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

26 5 2014
   

On retrouve René Callié en route vers Tambouctou, avec cette fois-ci la satisfaction de le voir arriver à destination. Le premier tome était surtout l'occasion de montrer comme ce voyage incroyable a poussé René au bout de ses forces physiques. Ici, l'expédition prend une dimension suopplémentaire : on se rend compte que la destination n'a pas grande importance, qu'elle serait presque décevante aux yeux de Caillié, mais que le voyage est certainement le plus important. C'est au bout de ses forces psychologiques que René va être conduit : il frôle la folie tout au long du récit et cette instabilité maintient l'intérêt du lecteur, en plus de cette tension autour de la fausse identité du héros qui risque à tout moment d'être démasqué. Il y a, comme dans le premier tome, certaines longueurs. En revanche, certains, thèmes, et notamment celui de l'esclavage en Afrique, me semble plus développé ici. Le dessin accompagne toujours aussi efficacement ce voyage, les aquarelles rendant avec la même fidélite tous les états géographiques et philosophiques de cette extraordinaire épopée, comme s'il s'agissait du carnet de croquis de René lui-même.

12 8 2011
   

Là où le premier volume plantait le décor magnifique et sauvage de la quête de René Caillié, celui-ci embrasse toutes les émotions que le premier homme blanc à traverser le Sahara du sud au nord, en passant par Tombouctou, a pu éprouver.
4500 kilomètres, des mois de marche, des infections et autres scorbut, il s'agit bien d'une épreuve relevant par moments du chemin de croix. De l'enthousiasme à la terreur (celle d'être démasqué puisqu'il s'est fait passer pour un Maure), en passant par la fièvre et des moments relevant de la folie (comment oublier les dialogues avec la tête tranchée d'Arafanba ?), le lecteur épouse tous les états d'âme de cet explorateur au long cours.
La courte postface permet d'en savoir un peu plus sur ce voyage, qui a brûlé sa santé, et sur sa fin, que l'album entoure d'un beau mystère.

Franchement, je ne vois rien de raté ni de faible dans ce diptyque, que je conseille vivement à tous ceux qui apprécient la Bd qui a la prétention de ne pas se limiter à être un simple divertissement.
Une lecture aussi riche que bouleversante.

7 7 2010
   

Pas vraiment de surprise dans ce second tome. Les faiblesses au niveau du premier tome se renforcent encore plus. A lire donc le premier opus pour savoir de quoi je veux parler en soulignant cette remarque écrite un peu plus haut.

J’ai refermé ce livre en restant sur ma faim et avec le sentiment que Dabitch avait gâché une superbe occasion de raconter une histoire exceptionnelle – qui reste néanmoins originale dans sa forme actuelle.
Les dessins de Pendanx, quant à eux, sont toujours aussi beaux et bien documentés.