46 602 Avis BD |20 218 Albums BD | 7 891 séries BD
Accueil
Tome 4 : Tu seras merveilleuse
 

Aâma, tome 4 : Tu seras merveilleuse

 
 

Résumé

Aâma, tome 4 : Tu seras merveilleuseAfin d'acceder au résumé de Aâma, tome 4 : Tu seras merveilleuse, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Aâma, tome 4 : Tu seras merveilleuseLe quatrième tome de cette saga auréolée du prix de la meilleure série au dernier Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême permet de découvrir la fin des déboires de Verloc Nim, un héros devenu amnésique, qui s’était retrouvé perdu sur la planète Ona(ji) en compagnie d’un robot gorille prénommé Churchill. Le dernier volet de cette série de SF imaginée par Frederik Peeters ("Château de sable", "Koma", "Les Pilules bleues", "RG", "Lupus", "Pachyderme") marque le retour du héros sur sa planète d’origine pour y retrouver sa fille.

Si la fin plutôt ouverte de cette saga ne ravira pas tout le monde, certains auront également du mal à digérer l’approche métaphysique de cette conclusion qui réduit l’intrigue au strict minimum. Verloc n’est en effet plus amnésique et il est également doté de pouvoirs ahurissants depuis sa fusion avec Aâma, mais cet album a uniquement pour but de le réunir avec sa fille. Excepté un affrontement avec Churchill et un faux suspense qui consiste à savoir s’il saura reprendre le contrôle d’Aâma, il n’y a donc pas grand-chose à se mettre sous la dent au niveau du scénario. Le héros bondit donc inéluctablement vers son destin, sans véritable surprise, afin de donner naissance à une nouvelle humanité.

Visuellement, l’immersion est par contre totale. Peeters continue non seulement de distiller une ambiance envoûtante, mais restitue également avec brio l’explosion des sensations qui accompagnent le dernier voyage du héros. Au niveau de la lisibilité, du rythme, du mouvement et du découpage, l’auteur livre donc à nouveau un sans faute.

Notons également l’existence d’un blog (http://projet-aama.blogspot.be), sorte de carnet de bord de l’auteur, qui permet de visiter les coulisses de fabrication de cette saga de science-fiction.


Chronique rédigée par yvan le 26/11/2014
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de yvanReflet de l'avatar de yvan
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 17,58 17,58 17,58
Acheter d'occasion : 11,80
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 2.25
Dépôt légal : Octobre 2014

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Aâma, tome 4 : Tu seras merveilleuse, lui attribuant une note moyenne de 2,25/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

18 8 2015
   

Cet album n'est qu'une succession de vignettes psychédéliques et totalement déjantées au cours desquelles l'humain Verloc a fusionné avec la substance Aama, que l'on pourrait traduire par l'âme de toute chose, lui donnant l'étrange pouvoir de manipuler la matière à sa guise. Au-delà de ce résumé, il est difficile de tirer autre chose de cette fin de série, qui se contente de nous faire suivre un Verloc volant et métamorphe d'une planète à une autre, à la rencontre de différents personnages dont on a du mal à cerner l'importance et l'intérêt, le tout pour finir dans une espèce de fusion incestueuse dont on comprend très mal le sens. Est-ce la nature même de Lilja ou celle de Verloc qui justifie ce délire ? peut-être, mais on n'en saura rien, tout étant laissé à l'appréciation du lecteur...

Un lecteur plutôt spectateur compte tenu du nombre de phylactères particulièrement réduit au regard du très et trop grand nombre de pages. Je suis totalement passé à côté de cette fin d'histoire, qui me laisse le sentiment d'un très mauvais Jodorowsky, l'obsession sexuelle en moins (quoique... non, ce serait dégueulasse), et le côté rétro des dessins en plus.