46 601 Avis BD |20 217 Albums BD | 7 891 séries BD
Accueil
Tome 1 : L'odeur de la poussière chaude
 

Aâma, tome 1 : L'odeur de la poussière chaude

 
 
 

Résumé

Aâma, tome 1 : L'odeur de la poussière chaudeAfin d'acceder au résumé de Aâma, tome 1 : L'odeur de la poussière chaude, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Aâma, tome 1 : L'odeur de la poussière chaudeFrederik Peeters n'hésite pas a qualifier ce projet comme le plus ambitieux depuis ses début en bande dessiné. C'est par cet album que je me lance pour découvrir cet auteur, adulé par les amateurs de la scéne alternative grâce a des séries comme "Lupus" "Pilules Bleues" ou le récent "Château de sable".

Cet album est singulier. D'abord pour les genres qu'il aborde. Cette histoire se passe dans un monde de science fiction ou la technologie est omniprésente, jusqu’à modifier l'organisme même des être humain. Dans cet univers nous allons suivre le parcours d'un homme, Verloc Nim, un amnésique qui va redécouvrir son passé récent a travers un journal intime. A la manière d'un roman graphique. Curieux mélange, mais cela fonctionne très bien. Verloc est un homme qui a tout perdu, travail, famille, amis, et que l'on retrouve ivre mort sur les trottoirs des quartiers malfamé. Il refuse également toutes modifications de son corps par la technologie. De par ce fait il vie un peu en marge de la société.

La plus grande partie de ce tome se passe sur ONA(ji) planète désertique aux paysages sublimes où deux hommes (Verloc et son Frère Conrad) et un robot a l'apparence d'un gorille (Churchill sorte de garde du corp de Conrad), sont à la recherche d'une colonie abandonnée sur place il y a 5 ans. Ce groupe de chercheur est chargé d'expérimenté le projet Aâma.

La psychologie des personnages est très fouillé. L'univers laisse transpirée une richesse incroyable même si avec ce premier tome nous n'en voyons que les prémices.
Le dessins, nous transporte dans cet univers, il m'a complétement immergé dans le récit. Certains décors dégagent une atmosphère incroyable. Bref sans trop en avoir l'air le dessin et les couleurs sont parfaitement dans le thème.

Cependant une chose m'a fortement gêné dans cet album. La fin. J'ai eu l'impression qu'elle aurais pu intervenir quatre planches plus tôt ou quatre planches plus tard sans plus de raison. En effet celle ci intervient de façon très brutal sans aucune cohérence avec l'action en plein milieu de l'histoire sans fermer aucun chapitre. Très maladroit je trouve.

Un premier pas dans l'univers de Peeters qui me donne envie d'en découvrir plus sur cet auteur.


Chronique rédigée par Toque le 10/11/2011
 
 
Statistiques posteur :
  • 97 (81,51 %)
  • 19 (15,97 %)
  • 3 (2,52 %)
  • Total : 119 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 5,00 Originalité
  • Scénario : 4,50 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : Clic ! Clic ! Clic !
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.00
Dépôt légal : Octobre 2011

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Aâma, tome 1 : L'odeur de la poussière chaude, lui attribuant une note moyenne de 4,00/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

25 2 2015
   

J'ai aimé ce premier tome et pourtant, ce n'était pas gagné ! Premier feuilletage de l'album, premier aperçu des dessins et des dialogues et je me dis que je vais avoir droit à un singe-humain presque Jacobsien du Rayon U (soit une éternité) dans un délires space-opera à la Jodorowksi. Il n'en est rien pour l'instant, et surtout, c'est très prenant. Tout commence par un homme qui se réveille sur une planère inconnue, accompagné d'un Robot-Singe à ses côtés : il reconstituera le fil de ses souvenirs au moyen d'un carnet sur lequel il a décrit les grandes étapes de ce voyage. Et voilà que grâce à ces flashbacks, on prend conscience de toute la complexité cet environnement de science fiction, de toute la complexité du personnage principal, Verloc, de toute la complexité de ses relations personnelles avec frère, femme et enfant, de toute la complexité de sa mission pour retrouver des colons perdus et abandonnés 5 ans plus tôt sur une planète nommée Ona(ji)... Cette complexité, qui révèle un vrai travail d'imagination mais également de cohérence pour que tout s'enchaîne correctement, est un grand atout pour cette série : on en oublierait presque la colorisation d'un autre âge...

L'album présente ainsi une vraie densité, et ménage également quelques surprises. Alors que l'on pouvait se dire que tous les développements autour de la vie familiale de Verloc avaient pour unique but de souligner le caractère "raté" du personnage principal, voilà que sa fille fait une apparition incompréhensible sur cette planète d'Ona(ji), et donne une justification supplémentaire à la présentation du personnage principal. On imagine aisément le trouble de Verloc, et surtout les questions que posent une telle apparition. Des questions qui s'ajoutent aux autres qui se posent depuis le début de l'histoire : qu'est-ce que c'est que cet Aama, qu'est devenu Conrad, le frère de Verloc, c'est quoi cette expédition abandonnée, qui est au bord de ces astronefs que Churchill détecte après que la planète soit détruite, etc...

Des questions auxquelles, finalement, on a hâte de répondre, preuve que ce premier tome a su, malgré les apparences, me ferrer.

10 11 2011
   

Aâma, la nouvelle série de SF de Frederik Peeters ("Pilules Bleues", "RG", "Lupus", "Château de sable") s’annonce comme une saga tentaculaire.

Ce premier volet, intitulé « L’odeur de la poussière chaude », invite à suivre les déboires de Verloc Nim, un héros devenu amnésique et se retrouvant perdu sur la planète Ona(ji) en compagnie d’un robot gorille prénommé Churchill. Au fil de longs flashbacks le lecteur découvre lentement l’origine de cette étrange mission sur une planète désertique, ainsi que le passé de personnages qui gagnent en épaisseur au fil des pages. Tout en remontant le fil des événements, il se retrouve happé par l’intrigue présente et s’attache inéluctable à ce héros qui semble s’être trompé d’époque. Passionné de livres anciens et rejetant ce monde ultra-technologique dans lequel il a du mal à trouver sa place, cet homme qui a déjà fait naufrage au niveau familial et professionnel, se retrouve maintenant perdu sur une planète inconnue pour un voyage qui s’annonce riche en rebondissements.

Bien plus qu’une mise en place, ce premier volet s’avère déjà extrêmement prenant et prometteur. Et même si de nombreux points d’interrogation demeurent à la fin de ce tome d’introduction, au fil des pages, le lecteur parvient déjà à regrouper plusieurs pièces du puzzle imaginé par l’auteur suisse. Passant d’une ville futuriste aux plaines désertiques d’Ona(ji), il distille une ambiance envoûtante et propose un récit parfaitement rythmé par un découpage exemplaire.

Notons également l’existence d’un blog (http://projet-aama.blogspot.com), sorte carnet de bord de l’auteur, qui permet de visiter les coulisses de fabrication de cette saga de science-fiction dont le premier tome séduit déjà.