46 454 Avis BD |20 138 Albums BD | 7 882 séries BD
Accueil
A la lettre près
 

A la lettre près

 
 

Résumé

A la lettre prèsAfin d'acceder au résumé de A la lettre près, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de A la lettre prèsUn album qui a d’indéniables qualités, j’ai bien aimé la narration rétrospective. L'idée de départ est assez originale : alors qu'il a fait cette lettre à 17 ans, Patrick bourré de certitudes et d’illusions sur son futur se découvre à nous dès le début de l’album lorsqu'il a 40 ans.

A partir de là chaque flash-back permet de mieux cerner ce personnage instable, jouisseur et finalement désabusé. A aucun moment, on ne juge le personnage et chaque scène nous rapproche peu à peu des 17 ans, moment où il écrit cette fameuse lettre car la narration est à l’envers. Bon je suis pas sûr d'être clair, sinon lisez l’album !!!

Les différentes saynètes expliquent comment Patrick va finalement de désillusions en désillusions, s’éloignant au fur et à mesure de ses objectifs d’adolescent. C'est parfois émouvant.

Au dessin, j’ai bien aimé la trame verte de l’album, par contre je trouve que les dessins sont parfois un peu trop carrés. Les personnages féminins sont cependant agréables à regarder.

Un ouvrage qui fait parti du meilleur Albin Michel et c’est à signaler.


Chronique rédigée par JAMES RED le 16/02/2007
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de JAMES REDReflet de l'avatar de JAMES RED
Statistiques posteur :
  • 536 (94,87 %)
  • 23 (4,07 %)
  • 6 (1,06 %)
  • Total : 565 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 14,73 14,73 14,73
Acheter d'occasion : 9,97
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.17
Dépôt légal : Janvier 2005

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD A la lettre près, lui attribuant une note moyenne de 4,17/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

1 7 2010
   

Ayant acheté cette bd dès sa sortie, c’est seulement maintenant que je la lis. Sans pouvoir situer l’auteur, je reconnais dans ses dessins un petit air familier. Un rapide coup d’œil sur BDT et je me rends compte qu’il a réalisé Chemins de Fer que j’ai lu récemment (et que j’ai bien apprécié). Comme quoi, quand un style plait . . .

Avec cet album, Cyrille Pomès matérialise une idée qui m’a longtemps travaillé. Et si, pour une fois, le récit débutait par sa fin et se terminait par son commencement ? Idée à la fois saugrenue, loufoque et séduisante mais pas facile à mettre en œuvre. Cyrille l’a concrétisé avec brio ! J’apprécie beaucoup sa narration sous forme de courts chapitres et ses dialogues acidulés. Il arrive à insuffler une atmosphère très particulière qui se retrouve un peu d’ailleurs dans Chemins de Fer. Cet album retrace le parcours d’un homme qui a couché sur papier ses idéaux étant ado. Cette lettre refait surface 23 ans après. C’est l’occasion pour lui de faire le bilan de sa vie, tant sentimentale que professionnelle. Un récit réfléchit et superbement mis en images. Une réussite.

Alors oui, pour ces raisons, cet album est culte à mes yeux. Un auteur à suivre de près . . .

16 2 2007
   

Pour moi, voilà l'exacte illustration du roman graphique selon Saint Ro. Un homme qui se dévoile, nous conte ses forces, mais aussi ses faiblesses, passe par de nombreuses étapes durant sa vie, expérimente, vit, souffre, gémit, pleure, rit, etc. Une personne qui apparaît dans toute sa complexité, dont le dandysme apparent se craquelle sous le poids des années, discute avec ses amis de ses déboires affectifs, essaie de régler ses problèmes, tout ça dans le désordre et un bordel incroyables.
Je ne sais si c'est la première BD de Pomès (il paraît que oui), mais il a fait mouche avec cet album si surprenant. Surprenant aussi sur le plan du graphisme, puisqu'il propose une histoire en bichromie à dominante verte, comme pour souligner l'esprit malade de son héros. Un (anti-)héros qui a envie de crier, à l'instar de Patrick Bruel : "j'ai mal à mon amour !". Et c'en est renversant, bien que l'on aie souvent une furieuse envie de botter le fondement à ce corniaud de Patrick. Tiens, au passage, une remarque sur un détail : le fait d'appeler un "rival" uniquement par son initiale m'a rappelé de sombres souvenirs, tellement vrais...
Pomès est un auteur à suivre.