45 999 Avis BD |19 921 Albums BD | 7 830 séries BD
Accueil
... à la folie
 

... à la folie

 
 

Résumé

... à la folieAfin d'acceder au résumé de ... à la folie, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de ... à la folieJe ne connaissais pas le thème de ce one-shot au moment de l’entamer. Tout démarre de manière assez légère avec ce couple installé sur un divan, se confiant tour à tour au lecteur. Si la vision qu’ils ont de leur rencontre et de leur histoire d’amour diffère, rien ne laisse cependant présager que l’histoire va basculer.

La première baffe qu’elle se prend, prend donc également le lecteur à contre-pied. De la surprise de cette première gifle à l’horreur journalière d’une violence physique et mentale latente qui ne cherche même plus d’excuse pour se montrer, en passant par les phases de déni et de culpabilité de cette femme plus aveuglée par l’amour que par les ecchymoses qu’elle dissimule sous des lunettes de soleil, la spirale infernale s’installe inéluctablement. Le ton léger se dissipe au fil des pages et laisse la place à la violence conjugale. Une violence qui explique et justifie l’espace qui séparait ce couple apparemment anodin sur le divan du mariage en début d’histoire. Un espace qui fait place au vide et une femme, prisonnière de son couple, repliée sur elle-même, fatiguée des réactions de ses proches, incapable de se lever et de quitter ce canapé qui ne les unit plus depuis longtemps. Plongée dans le noir, victime d’un amour aveugle et d’un connard égoïste qui n’a que ses coups et sa stupidité à partager et qui parvient encore à trouver des excuses à ses actes, elle s’accroche ... un peu, beaucoup trop ... à la folie ...

La représentation animalière des personnages de James ("Les mauvaises humeurs de James et la Tête X") n’enlève rien à la force du récit de Sylvain Ricard. Il s’agit bel et bien d’êtres humains, même si lui a tout d’un animal ...


Chronique rédigée par yvan le 30/09/2009
 
 
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,50 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : Clic ! Clic ! Clic !
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.20
Dépôt légal : Septembre 2009

Avis des lecteurs

5 internautes ont donné leur avis sur l'album BD ... à la folie, lui attribuant une note moyenne de 4,20/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

2 4 2010
   

La gifle. Voilà le mot qui pourrait à la fois résumer le propos de l'album et qualifier ce que ressent le lecteur au terme de cette lecture hors du commun.

J'avais vu la couverture sur la page d'accueil. C'était un jour chargé et je n'étais pas allé lire les chroniques. Quand j'ai emprunté l'album, je n'avais donc aucune idée de ce qu'il évoquait, me contentant d'un vague a priori positif. Je crois que mon ressenti de l'album n'en a été que plus profond, car j'ai totalement découvert, en même temps que l'héroïne, vers quoi les choses glissaient doucement. Et c'est marquant, bouleversant, et finalement remarquable comme oeuvre.

Sylvain Ricard livre un scénario d'une intelligence rare. J'y ai regardé à deux fois, après avoir entamé la lecture, en me disant que cette fine approche de la psychologie des personnages pourrait bien être due à une femme. Il n'en est rien, même si la dédicace à une femme en fin d'album explique peut-être partiellement que les situations et les réflexions des personnages soient si bien vues.

La mise en scène est une belle trouvaille, en réunissant sur un même canapé des personnages qui parlent sans jamais s'écouter ni même se répondre, chacun expliquant sa manière de voir les choses sans se rendre compte du fossé qui se creuse dans le couple. Aucun des personnages n'est caricatural, ce qui rend poignante l'évolution des relations et qui explique de manière très crédible la position de la jeune femme. Elle ne parvient pas à haïr un mari qui lui fait du mal mais dans lequel elle continue à voir celui qu'elle a aimé. Même si c'était avant. Même si les sentiments de son conjoint n'ont peut-être jamais eu la noblesse romantique qu'elle aurait voulu vivre.

L'album est fin, intelligent, profondément humain, consternant parfois tout en étant pleinement crédible. Le graphisme colle superbement à l'atmosphère et facilite certainement les choses en ne donnant pas un visage pleinement humain au tortionnaire ni à sa victime. C'est ce qu'on appelle une très bonne bande dessinée, qui s'impose d'ores et déjà comme un indispensable de l'année 2010.

24 3 2010
   

Terrible.
Chronique de la violence conjugale ordinaire, dans tout ce qu'elle a d'insidieuse et d'insupportable.
Cet album analyse finement les rapports complexes du bourreau à sa victime, et dénonce la complicité d'une société qui ferme trop facilement les yeux sur ces agissements, en trouvant des excuses à l'un, et en culpabilisant un peu plus l'autre.
Un album rare donc, et utile, qui nous laisse entrevoir l'enfer et le calvaire vécus par ces milliers de femmes battues, et nous laisse un terrible goût d'injustice.

23 3 2010
   

Cet album a pour thème la violence conjugale. Ce thème est vraiment casse gueule par excellence car on risque vite de tomber dans le pathos, ou encore dans la description des violences physiques uniquement (c'est plus dur de rendre compte de la violence morale à travers un dessin).

A la folie évite tous ces pièges. Cet album nous livre deux témoignages poignants et complexes : celui de la femme battue et celui de son mari.

Le scénariste Sylvain Ricard réussi à nous plonger dans la montée en puissance de la violence au sein du couple, et ce qui était un geste exceptionnel, devient normal. Tout est très bien décrit et criant de vérité : le femme qui malgré les violences aime son mari et justifie parfois ses actes, les amies qui lui conseillent de quitter ce mari violent mais qui ne font pas grand chose pour autant, une mère qui refuse que sa fille quitte son mari et divorce (que vont dire les gens ?) et qui fait culpabiliser sa file, un mari qui a besoin de cette violence pour se sentir vivre et évacuer toute la pression du boulot et qui ne voit pas où est le mal.

Au final, sans tomber dans le larmoyant, cet album est très poignant et on se rend compte que la violence conjugale c'est bien plus complexe qu'un gros con de mec qui tape sur une femme. Et ça fait froid dans le dos.

3 10 2009
   

Voilà un thème intéressant et plutôt bien traité ici: la violence conjugale. Les dialogues sont très peu présents, cette BD montrent les personnages, le mari et la femme parler de leur relation et des problèmes qu'il rencontrent. Elle: face à son mari qui la bat, elle lui cherche des excuses et essaie d'arranger les choses tout en étant la victime soumise. Lui: se donne des excuses pour ce qu'il fait et qui minimise les dégâts en mettant ça sur le dos du stress et de sa position de mâle dominant. Les sentiments des personnages vont assez loin et on se met vraiment à leur place. Tout est justifié, fouillé, rien n'est laissé à la légère.

Le dessin de James convient parfaitement. On est évidemment face à des aminaux humanisés mais on se laisse facilement prendre au jeu et on oublie rapidement qu'il s'agit d'animaux, c'est là qu'est tout l'art du dessinateur dans la mise en scène des personnages et de celui du scénariste dans la construction des monologues.

Bref, j'ai acheté cette BD car j'aime beaucoup ce que fait James mais on sort complètement du cadre habituel (Dans mon open space) et on voit qu'il peut très bien s'adapter, avec le même style graphique a des situations qui ne sont en rien humoristiques, même plutôt graves.