46 512 Avis BD |20 172 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
A history of violence
 

A history of violence

 
 

Résumé

A history of violenceAfin d'acceder au résumé de A history of violence, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de A history of violenceL'album est sorti quasi simultanément à la sortie du film de David Cronenberg inspiré par ce récit.
Tic... tic... tic... et la violence va exploser.

Un one-shot remarquable dans la simplicité de son scénario, mais ô combien jubilatoire dans sa réalisation. On est accroché dès la première page de ce western urbain où les bons ne sont pas ceux qu'on croit au départ. Un simple fait divers, dans ce bled perdu, va soudainement faire éclater la haine et les armes. Tout comme pour le film, on se dit "pfou, qué bazar !.." en fin de lecture.

Explosif. Rondement mené et dessiné. Une belle pièce.


Chronique rédigée par LYmagier le 11/05/2006
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de LYmagierReflet de l'avatar de LYmagier
Statistiques posteur :
  • 2911 (92,44 %)
  • 154 (4,89 %)
  • 84 (2,67 %)
  • Total : 3149 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 13,59 13,59 13,59
Acheter d'occasion : 17,95
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.33
Dépôt légal : Novembre 2005

Avis des lecteurs

6 internautes ont donné leur avis sur l'album BD A history of violence, lui attribuant une note moyenne de 4,33/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

2 7 2011
   

Une explosion de violence...cette histoire porte bien son nom.

Même si j'ai vraiment eu du mal avec le dessin au début, j'ai quand même trouvé l'histoire très bonne... Pas forcément réaliste, mais c'est un bon divertissement "Choc".

Donc, ce fameux dessin comme quelques comics que j'ai pu lire, il a beaucoup vieillit, et est pour moi très laid. Le style est hyper hachuré, brouillon, on ne reconnaît jamais les visages et les planches manquent toujours de lisibilité.

Mais ce (à mes yeux) mauvais dessin est vraiment rattrapé par une histoire prenante, pas toujours très réaliste mais doté d'une grande force. J'ai vraiment été happé par l'histoire, par la descente aux enfers de Joey et par la tension qui monte crescendo.

Pour moi, "A history of violence" est une BD "coup de poing", même si elle garde sa dimension d'honnête divertissement pas toujours très intelligent.

6 9 2008
   

J’ai été scotché à la lecture de ce livre.
Je n’avais pas vu le film, mais je comprends que de ce scénario vif, intense, marquant, on ait réalisé un long métrage : tout s’y prêtait.
Je commence volontairement par le dessin : c’est du crayonné, noir sur blanc, aux formes essentielles, droit au but, sans décor inutile. Assez acérée, plutôt tranchante, cette expression doit être appréhendée dans la généralité de l’œuvre.
Pour faire simple, je dirais que le graphisme est relativement rudimentaire, avec des personnages aux visages rectangulaires, me convient, sans plus. Mais, associé à ce récit, accolé à cette histoire rythmée, il correspond très bien à ce qu’il fallait. Le poids de l’action ne méritait pas que l’œil s’attarde sur une illustration trop fournie, sur des cases très travaillées, qui auraient ralenti le rythme. Or, ici, il faut que ça aille vite.

Le scénario est excellent, haletant, captivant. J’ai tout le temps attendu la suite, j’ai presque tout lu d’une seule traite.
C’est vrai que l’idée simple, que l’incursion dans le passé, l’usage de la mafia, ne sont pas originaux en soi.
Mais ça fonctionne, ça sonne plutôt juste, et ça fournit un prétexte à un livre excellent.

J’ai bien aimé, vous avez compris, le clarté de la proposition : aller jusqu’au bout, sinon point d’issue.
C’est manichéen, mais efficace.
Ne manquez pas de vous offrir cette lecture essoufflante.
En sortirez vous indemne ?

26 10 2007
   

A HISTORY OF VIOLENCE ... Tout, ou presque, est dans le titre.
Pour ceux qui ont vu le film de David Cronenberg avec Viggo Mortensen, la BD ne devrait pas vous surprendre, l'oeuvre cinématographique demeure fidèle aux auteurs Wagner & Locke.Quelques adaptations, cependant, otent au film des scènes jugées trops violentes ou sanglantes pour le prude public d'outre Atlantique !
Concernant l'oeuvre de Wagner et Locke, qu'on ne s'y trompe pas, c'est pas pour les amateurs de Oui-Oui au pays des brigands du chemin vert !!!
L'oeuvre est noire à souhait, à l'intrigue chairdepouleuse, à l'action décapante et au dénouement culparterrisant !!!
Pour en revenir à ceux qui penseraient que d'avoir vu le film est suffisant, attention au doigt-dans-l'oeil-mettage...le film est une adaptation, uniquement une adaptation et bien loin de la réalité papier !!!
Petit résumé pour vous mettre l'eau à la bouche :
" Raven's Bend, petite bourgade de l'Amérique profonde.Tom McKenna, père de famille exemplaire et commerçant tranquille,jusqu'à...he ben jusqu'à ce que tout déraille !
Deux tueurs font irruption dans son "eat in or take away" et menacent le paisible cuisto pour le défaire de son fond de caisse.Qu'ont-ils pas fait les malheureux !
A cet instant précis tout bascule.La mort est au bout du chemin...Pour qui ? Pour presque tout le monde !
Déchainement de violence...Le passé de McKenna ressurgit, est-il bien celui que sa femme et ses deux enfants considèrent comme un père de famille idéal ?
Le petit épicier ne manie-t-il que la poile à frire et le café chaud ?
Devenu le héros local pour avoir su préserver son bien, il devient la cible de la mafia New Yorkaise, qui voit en Tom McKenna celui qui 20 ans plus tôt avait déssoudé une bonne partie de la pègre locale pour s'emparer de plusieurs milliers de dollars ( et en plus il était déguisé en scout,c'est pour ça qu'ils sont super vener les tontons flingueurs !!!).
Joey Muni ou Tom McKenna ?
Ancien truand ou nouveau père de famille modèle ?
Les sentiers empruntés par Tom n'étaient-ce pas ceux de la perdition ?"
Au fil du récit vous découvrirez l'extraordinaire parcours de cet américain moyen, plongé malgré lui au coeur d'une effroyable et déchirante vengeance familiale .
Le scénario est parfait et nous scotche littéralement au 250 feuillets de cette BD, que j'ai avalée cul sec .
Aucune faille, aucune faiblesse, ni aucune lenteur dans ce récit qui plonge le lecteur au centre d'un véritable polar graphique.
Côté dessin, rien à redire.BD toute de noir et blanc vêtue, sobre dans la réalisation mais à l'esthétique irréprochable. Le trait est sec, vif et tranchant et colle parfaitement au rythme du récit.
Une grande réussite, un grand moment de BD, du vrai polar.
J'aime.

25 10 2007
   

A History of Violence est un comics de très grande qualité. L'histoire en 3 actes est superbement élaborée et relate à la perfection une histoire de vengeance qui touche le héros Tom McKenna. Le scénario est dynamique, bien construit et à aucun moment le lecteur ne s'ennuie. Le final est génial et peut être dérangeant pour certains. En tout cas, il ne laisse pas le lecteur indifférent.
Le dessin en noir et blanc de Vince Locke colle parfaitement à cette histoire où la mafia à le premier rôle et renforce la puissance du récit.
Ce one-shot est indispensable et doit avoir sa place dans toutes les bdthèques. De plus, il donne envie de voir ou de revoir la version cinématographique orchestrée par David Cronenberg.

25 9 2006
   

Ce one-shot impeccable part d’un scénario plutôt simple, mais très cohérent et à la construction parfaite.

L’album, dont la tension monte crescendo, est divisé en trois parties. La première partie est consacrée à ce père de famille exemplaire qu’est Tom McKenna et qui semble se faire rattraper par un passé qui l’est moins. La deuxième partie va lentement nous plonger dans ce passé obscure et mettre à jour une vengeance vieille de vingt ans. Mais c’est dans la dernière partie que John Wagner ("Batman et Judge Dredd") va faire éclater cette violence qui sommeille depuis trop longtemps et qui va plonger le lecteur dans l’horreur.

Le trait hachuré de Vince Locke ("Sandman"), dont je ne suis pas fan à la base, accentue encore la noirceur du récit et l’atmosphère malsaine qui pèse sur cette histoire où la violence et la vengeance font office de fil conducteur, transformant un père modèle en un tueur sans merci.

Sachant que ce one-shot date de 1997, la dernière case de la page 229 fait froid dans le dos quand on s’y attarde un peu, tant au niveau du graphisme qu’au niveau du texte.

Bref, un petit chef-d’œuvre noir dont je vais m’empresser d’aller voir l’adaptation cinématographique de David Cronenberg, avec Viggo Mortensen et Ed Harris, qui est sortie quasi en même temps que cette édition de Delcourt.