46 510 Avis BD |20 170 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Tome 1 : Xiao Wei
 

9 Tigres, tome 1 : Xiao Wei

 
 

Résumé

9 Tigres, tome 1 : Xiao WeiAfin d'acceder au résumé de 9 Tigres, tome 1 : Xiao Wei, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de 9 Tigres, tome 1 : Xiao WeiAvec ce premier tome d'une nouvelle série, Vatine renoue avec le scénario. Dessinateur fabuleux des premiers tomes de l'incontournable "Aquablue", j'avoue que voir son nom sur cette BD à la très belle couverture m'a convaincu de l'ouvrir. Déjà rien que cette couverture laisse rêveuse. Tout le charme de l'asie transpire à travers elle. Mise en place des éléments, couleur rappelant le bambou…et beauté asiatique. De quoi attraper l'œil.

Mais attention, cette couverture sert de couverture à l'as de l'infiltration et de l'élimination. Elle n'est pas vraiment représentative du contenu de cette BD. A peine de son état d'esprit. Si l'Asie est au rendez vous avec une héroïne tout droit sortie de Chine qui cavale en Thaïlande, le calme et la volupté évoqué par la couverture n'est pas vraiment au rendez vous.

Le scénario relativement classique, à la limite de la caricature parfois s'inspire de maints films et autres productions pour composer l'histoire.

One ø Wan est la tueuse numéro un de la mafia Chinoise numéro un. N'allez pas autant imaginer qu'elle fait parti des numéros un de la mafia, elle n'appartient qu'au troisième cercle (ce qui est somme toute très bien vue son âge de 18 ans…)
Alors, elle va découvrir que son dernier contrat n'était autre que sa grand-mère qui s'est elle-même commanditée afin d'attirer One ø Wan à elle et pouvoir mourir de la main la plus chère d'Asie. Elle en profitera pour lui raconter sa vie et lui faire découvrir ses origines. Entre les clichés, le scénario se laisse lire. Bien ficelé, la bobine se déroule sans nœuds à la tête et on suit ses révélations sans férir. C'est à la fois un bon et un mauvais point. Bon point, parce que ce tome nous apporte d'emblée des révélations au sujet des protagonistes. Pas la peine d'attendre trois tomes avant de découvrir le comment du pourquoi. Mauvais point, parce que tout cela fait quand même rudement réchauffé. De plus certains éléments laissés vacants, certains indices parsemés de ci de là me font frémir si j'ai raison sur une suite où le final pourrait s'avérer catastrophique de banalité. Alors, certes, j'ose espérer Qu'Olivier Vatine va nous pondre un vrai scénario avec plus d'originalité qu'il ne nous le laisse pressentir, mais pour l'instant, je ne suis pas convaincu.
Pour autant, l'ambiance que Vatine impose m'a bien plu, alternant, action pure et dure, découpage au katana et mitraillage à la M60 et moment plus intime de recueillement et de délire dû au sevrage que subit notre jeune héroïne. Rien que ça, me fait dire que cette BD mérite un coup d'œil.

Mais surement que l'un des grands points fort de cet album, à mes yeux est le dessin et ses couleurs.
Dessiné ET mis en couleur par Jian Yi, celui-ci contribue plus que de nécessaire au succès de ce premier tome. Jian Yi né en Chine, commença à dessiner très tôt, pour parfaire sa formation ensuite à l'Institut des Beaux-arts. Produisant d'abord des illustrations, il va très vite rejoindre la génération montante de dessinateurs de manhua, pour finalement fonder son propre studio à Beijing.
Et son style réaliste bien qu'il se soit fortement modelé sur le concept de la BD Franco Belge s'en ressent. Alors que chez certains éditeurs, on prend des dessinateurs européens qui rendent des copies moyennes tendance manga, ici, c'est tout l'inverse et cela sent bon le véridique.
Le style est fin, à mi chemin entre l'école classique et ses décors classieux et l'école moderne Chinoise contribuant aux mangas. Moi, qui n'aime pas les mangas en général, j'aurai pu avoir peur, mais la composante classique semble prendre le dessus et l'ensemble très inspiré m'a charmé. Pourtant les premières cases m'ont fait peur, avec des cadrages risqués mais légèrement aléatoires et quelques postures mal maitrisées. Mais rapidement, tout rentre dans l'ordre. Jian Yi a du talent et on sent qu'il peut encore progresser dans la maitrise du découpage et du style propres à la bande dessinée franco Belge.
Son trait est magnifiquement rehaussé par de très belles couleurs. Pourtant, là encore ce n'était pas gagné tellement l'informatique m'a tout d'abord frappé. Et puis, les premières cases du rêve en jaunes m'ont là encore rapidement convaincu. Les couleurs jouant entre les couleurs vivent et les pastels plus classiques savent jouer avec les émotions, les lieux et actions. Joli. Comme quoi, quand on prend son temps et qu'on a un peu de talent on arrive à de bons résultats quelques soit l'outil utilisé.

Une bonne BD de série B. D'ailleurs, c'est écrit sur la couverture. Pas de mensonge, on sait à quoi s'attendre et on en a pour son argent. Rien de révolutionnaire, mais bien née.


Chronique rédigée par Chalybs le 26/02/2009
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de ChalybsReflet de l'avatar de Chalybs
Statistiques posteur :
  • 1026 (91,94 %)
  • 52 (4,66 %)
  • 38 (3,41 %)
  • Total : 1116 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,00 Note générale
  • Originalité : 2,50 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 1,75
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 2.83
Dépôt légal : Février 2009

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD 9 Tigres, tome 1 : Xiao Wei, lui attribuant une note moyenne de 2,83/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

26 6 2009
   

Scénario convenu et caricatural, linéaire, sans aucune originalité.

A mi-chemin entre Manga et tradition Belge, le réalisme de certaines actions étant complètement défait par les triples sauts périlleux katana dans les mains de l'héroïne, on se trouve devant une BD qui essaie d'allier les deux univers, et ne fait que tomber à plat.

La couleur informatique donne pas mal dans les rêves tout en jaune, mais est quasi insupportable sur certaines planches.

Le dessin n'est pas mal, et on sent qu'avec plus de travail, le dessinateur sera capable de faire quelque chose de beaucoup plus intéressant, surtout au vu de la magnifique couverture.

Bref, aucune trépidation pour la suite, mais un intérêt naissant pour un dessinateur qui pourrait donner quelque chose à l'avenir.

26 5 2009
   

Passé le démarrage de l’album qui en « jette » quand même un peu –la mémé qui se fait tuer par sa propre petite-fille, et ce volontairement- j’ai lu une bonne BD.

Bon , le développement de l’histoire et ses rebondissements mettent le lecteur devant une machination bien construite, mise en place par de puissantes mafias ce qui –forcément- va entraîner du « pétard » page après page (cf. la « profession » de l’héroïne).
J’ai lu quelque chose d’un attrait certain, de bien construit au niveau du scénario MAIS : ce qui m’a intéressé est le graphisme. Là, je dois dire, un dessinateur chinois qui maîtrise –on peut le dire et l’écrire- les codes de la BD dite « européenne », on n’en croise pas tous les jours.
C’est joli. Très. Et certaines planches sont vraiment attractive dans leur concept tant visuel que de la mise en page.

De même, moi qui ne suis pas partisan de la colorisation par programme PC, je dois reconnaître qu’elle sied vraiment bien au trait de Jian Yi. Ce n’est pas du « pétant » question couleurs, mais ç’est surtout ça qui en fait la beauté des planches ; des couleurs simples se mélangent ainsi harmonieusement pour donner une sorte de charme à l’ensemble.
In fine : bonne lecture, très joli graphisme, palette de couleurs bien choisie ; un bon premier tome qui augure, je pense, d’un futur prometteur.