46 615 Avis BD |20 223 Albums BD | 7 891 séries BD
Accueil
Tome 2 : Allegro Démonio
 

666, tome 2 : Allegro Démonio

 
 

Résumé

666, tome 2 : Allegro DémonioAfin d'acceder au résumé de 666, tome 2 : Allegro Démonio, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de 666, tome 2 : Allegro Démonioun tres bon album, une fois encore :)

on a des mechants vraiment méchants (et pourtant, la princesse Lilith a l'air tres... agreable:) ) et le camps des gentils infesté de traitres et de couilles molles. Seul Carmody sort du lot, pour notre plus grand bonheur. On a donc droit à notre lot d'insultes, de scotch, et de bataille tellement gores que s'en est comique. Les inventions pour lutter contre les démons sont vraiment bien marrantes elles aussi.

le dessin et les couleurs sont les memes que dans le T1 (peut etre qd meme une legere amélioration du dessin), c'est à dire simples et efficaces.

encore un bon moment de lecture, le menu général de l'album reste identique au tome précédent : sang, sex, humour gras 3e degré.
que demander de plus ?


Chronique rédigée par Kael le 13/08/2002
 
 
Statistiques posteur :
  • 313 (97,20 %)
  • 4 (1,24 %)
  • 5 (1,55 %)
  • Total : 322 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 5,00 Note générale
  • Originalité : 5,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 13,21 13,21 13,21
Acheter d'occasion : 9,70
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 2.83
Dépôt légal : Octobre 1994

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD 666, tome 2 : Allegro Démonio, lui attribuant une note moyenne de 2,83/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

31 10 2008
   

Je vais surement en surprendre plus d'un, mais ce tome ne démérite pas.
Dans la parfaite continuité du premier tome, c'est toujours une débauche d'hémoglobine, de testostérone. Dommage que la touche très sexy du premier album se transforme ici en franche dérive sexuelle avec passage à l'acte dérangeant et vocabulaire cru de premier degré. Si cela n'était pas présent dans cet album, mais note gonflerait assez rapidement. Je suis persuadé que sans cela, cette BD aurait pu gagner une renommée toute autre.

Car pour le reste, cette BD est à prendre au 3ème degré. Dans le genre ultra violence, Froideval atteint ici un summum qui en devient complètement décalé et atterrit dans l'humour. Je ne connais pas d'autres BD prenant ce parti délibéré de déborder à ce point de toutes les convenances visuelles dans l'acte de sauvagerie et celui de découper son prochain.
Âmes sensibles s'abstenir, mais comme le sang et les discussions sur les meilleures méthodes de tortures en plein repas ne me gênent pas, je trouve cela plutôt reposant et divertissant.

D'autant plus que le dessin a déjà progressé et les couleurs sont moins fades. Ce n'est toujours pas du Matisse ni du Bourgeon ou je ne sais qui d'autre, mais dans le genre c'est plutôt efficace et suffit amplement à cette BD qui recherche tout, sauf à faire dans le parfait.
Ce n'est pas et de loin le dessin que j'apprécie, mais ça atteint son but. Il jubile dans les scènes de bataille et dans les visions d'invasions débridées par les armées démoniaques, ca fourmille de petit détails encore croustillants ou alors déjà écrasés et massacrés par une grosse bête toute pas belle...

Cette BD est décalée, crue, amorale et immorale, bourrin, complètement non intellectuelle, gore, malsaine mais adoucit tout cela par un humour tout aussi décalé: attention c'est franchement spécial.

Mais par son orientation trop sexuelle, je ne pourrai pas la recommander directement (et pourtant...).

22 5 2003
   

Bon c’est indéniable, le dessin de Tacito s’est vraiment amélioré. Il gagne en contraste, en finesse (euh je vais un peu trop loin la…) et en qualité. C’est plus net et plus professionnel comme graphisme. La mise en couleur y est sûrement pour beaucoup, puisque, bien que ce type de dessin ne me plaise pas, les couleurs sont presque normales et bien dans le ton. Le cadrage est parfois bien trouvé, mais il est rare de voir les personnages que de face. On découvre des grandes planches très, voire trop symétriques et un style vraiment bourrin, mais qui, dans son genre, fait office de référence (sic !). Les héroïnes sont plus que pulpeuses, les monstres vraiment monstrueux et les petites références graphiques comme les tags, sympathiques.

Mais on arrive maintenant à l’histoire. En plus d’être invraisemblable et inintéressante, alors que le tome 1 faisait de simple allusion, cette fois on passe à l’acte dans le tome 2. Et oui, on a son lot de sodomie, de sexe et d’ultra violence. C’est vraiment trop malsain, je ne supporte pas. Les degrés de lectures supérieurs sont pour moi inaccessibles. C’est simplement une suite de grosses bagarres bourrines et sanglantes ponctuées par des actes sexuels assez immoraux. Bref, que du bonheur… En plus ce contexte religieux ne sied vraiment pas à ce genre d’aventure selon moi.

Rien de plus à dire.