46 562 Avis BD |20 195 Albums BD | 7 889 séries BD
Accueil
300
 

300

 
 
 

Résumé

300Afin d'acceder au résumé de 300, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de 300Ô_Ô
En lisant "300", on ne peut guère qu'ouvrir de grands yeux. Visuellement c'est en effet superbe. Les couleurs, sombres, sont magnifiques et les jeux de lumière sont remplacés ici par d'abondants jeux d'ombre, souvent impressionnants. Pour autant, certaines gueules sont assez typées "américain", comme la femme de Léonidas ou le capitaine par exemple...

"300" s'inspire de la bataille de Thermopyles, où une poignée de Spartiates résistèrent à la gigantesque armée Perse. Mais ce n'est pas le côté historique qui fait sa force. Non, sa force c'est sa dureté, l'esprit implacablement obstiné et résolu des Spartiates, cette obsession d'être un guerrier, d'être dur, fort. Cet aspect est rendu de façon si magistrale qu'on en est tout ébloui, même si on se dit (raisonnablement) que tout ça déborde un peu de téstostérone...

Mais justement, ça marche. Miller prend un trait et le pousse à fond, sans hésiter, tout comme la résolution de ces Spartiates, d'ailleurs. Les personnages ne sont pas sympathiques, ils ne sont pas faits pour ça, non, mais ils sont admirables. Il y a aussi beaucoup de fatalisme dans "300". Mais du fatalisme positif, si on peut dire; celui qui consiste à assumer ses choix jusqu'au bout.

Miller joue aussi la carte du comics de super-héros. Ca me rappelle ce texte dans la bouche de Warren Ellis, dans "Powers" : Quelqu'un qui lit 300 comics de super héros chaque mois est un malade qui a besoin d'un médecin. J'arracherai à son cadavre encore fumant toutes les choses qui ont conduit les super héros à dominer les comics. L'énergie démesurée, les visuels épatants, le fétichisme et tout ça, pour l'appliquer à d'autres genres et d'autres histoires. C'est exactement ce que l'auteur a fait ici, et le résultat fonctionne à merveille.

Voilà, "300" n'est certainement pas un album profond, mais c'est par contre un album absolument superbe, et d'une efficacité incroyable.


Chronique rédigée par CoeurDePat le 05/04/2004
 
 
Avis de :Une excellente BD ! Note de l'album : 4,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de CoeurDePatReflet de l'avatar de CoeurDePat
Statistiques posteur :
  • 257 (75,15 %)
  • 18 (5,26 %)
  • 67 (19,59 %)
  • Total : 342 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,50 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : Clic ! Clic ! Clic !
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.81
Dépôt légal : Octobre 1999

Avis des lecteurs

8 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics 300, lui attribuant une note moyenne de 3,81/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

10 9 2013
   

Cet album m'a marqué par son intensité. Une intensité sourde, celle de la préparation au combat qui explose lors des affrontements violents, pour mieux regonfler en attendant la prochaine bataille. Une intensité qui permet avant tout de rendre hommage aux guerriers que sont les spartiates, plein de détermination et plein d'honneur. Et si on n'en retrouve que 300 d'entre eux dans les gorges de Thermopyles, c'est un peu comme si toute la population spartiate était présente devant nos yeux. Il y a une vraie ambiance qui se dégage de ces pages : celle de la Grèce Antique et de ses guerriers, de ses légendes, de sa mythologie, de ses compétitions entre peuples (Athéniens vs Spartiates), et de ses récits qui perpétuent l'Histoire. Au-delà de ces considérations purement sociétales, il y a cette ambiance des combats : le calme avant la tempête, l'élaboration des stratégies, la joie et l'honneur après les quelques victoires. Il y a également cette atmosphère de résignation, celle d'un groupe qui sait qu'il part au casse-pipe. L'ensemble est graphiquement saisissant, avec ces gros plans sur ces casques tellement représentatifs, avec ces scènes de bataille pendant lesquelles on pourrait presque entendre le choc des armes et des chairs qui se heurtent, avec ces personnages qui portent sur eux l'importance de leur fonction.

C'est un album qui va au-delà d'un simple récit d'une guerre entre spartiates et perses. C'est un témoignage de l'Histoire qui est ici reconstitué, avec réalisme et classe.

20 2 2010
   

Frank Miller est sûrement un des meilleurs et des plus inventifs dessinateurs de notre temps. Encore une fois il nous pond un chef d'oeuvre. Celui-ci est plus un OVNI dans son oeuvre entière et s'attaque à un sujet pas énormèment traité par les américains: la grèce antique. Frank Miller nous livre le portrait de spartiate fort, courageux et sans pitié.

Niveau graphique il n'y a quasiment rien à dire. Miller nous livre des illustration formidables et spectaculaires. Tout est parfait. Les planches sont rout bonnement superbes et le découpage encore une fois impressionant. J'ai particulièrement apprecié la tête du nabot spartiate avec ses bosses et ses malformations. Les couleurs sont aussi géniallisimes: Lynn Varley est un maître en la matière. Il y a toujours une très bonne utilisation des ombres et un fosonnement de détails magnifiques.

Le scénario parmet à Miller de se renevouler. Il ne fait plus dans le polar noir dominé par des bandits sans scrupules ou dans le comics de super-héros à collant. Il s'attaque à la grèce antique et à sparte, cîté réputé pour la puissance de ses combattants. Les principes de gloire, d'honneur et de détermnation sont dominants dans cette ouvrage et très bien traité. Frank Miller parvient à ne pas trop tomber dans les clichés. Il y a quand même quelques petites défaillances mais elles sont très minimes et ne nous enlèvent pas le plaisir de la lecture. La fin est très belle et les illustrations des cadavres spartiates aussi.

300 est une superbe BD qui bien que souffrant de défaillance scénaristique reste un pur chef d'oeuvre dans la lignée des tomes précédents de Miller.

6 12 2009
   

Je voulais absolument lire la BD avant de voir le film et, évidemment j’ai vu le film en premier. Comme je l’avais bien aimé, j’ai voulu lire la BD. Et je suis tombé sur ça : une claque, graphique essentiellement, mais pas forcément au niveau de l’histoire.

Le dessin est percutant, c’est très plaisant à lire. Les couleurs sont belles, la narration est bonne et fluide, c'est très esthétique à regarder. Quant au scénario, je fus surpris que le film l’ait respecté. C’est quand même bien bourrin, et pas super intelligent. Et je trouve que la fin est trop courte.

Malgré cela, on passe un très bon moment de lecture.

13 4 2007
   

Sacrée oeuvre que celle-là.
Raconter une bataille célèbre de l'Antiquité grecque a dû être un sacré défi pour un auteur de comics. Même lorsqu'il s'appelle Frank Miller et qu'il n'a peur de rien.

Le résultat est quand même très fort. On saisit bien la dimension dramatique des évènements, même si aucun rappel historique, ou presque, n'est là pour nous resituer dans le contexte. Oh, bien sûr, l'auteur a dû faire des raccourcis, s'arranger avec certains détails... Mais le résultat est là : graphiquement, c'est hors normes !

Cadrages éclatés, personnages surexposés, narration baroque... Mais c'est dans l'expression de la violence que meilleur est le Miller. En effet, ces combats sont exceptionnels, avec des arrêts sur images hallucinants.

Un style qui convient tout à fait au cinéma, cinéma qui va rendre justice à cette belle oeuvre, que je trouve toutefois un peu prétentieuse. Mais comment vont-ils faire avec toutes ces quéquettes à Hollywood ?

Un 3,5/5 amplement mérité.

13 4 2007
   

Titanesque ! Il n'y a pas d'autres mots pour définir l'oeuvre "300" de Frank Miller.
Tout en effet dans cet album respire la puissance, la force : Les spartiates qui combattent pour la liberté, les monstrueux Perses, mais aussi et surtout l'affrontement des deux factions.

Alors bien sûr, n'allez pas chercher ici de scénario sophistiqué ou de profondeur intrinsèque. C'est avant tout une ambiance, un univers hostile, baroque et féroce, qu'assume Frank Miller de bout en bout. C'est la gloire des Grecs que le lecteur trouvera ici, non un traité philosophique complexe.
La narration est en béton armée, comme toujours chez cet auteur. Evidemment, pas du niveau d'un "Sin City", mais tout de même : le lecteur est litérallement hapé dans ce combat pour la liberté, au point de se sentir appartenant de ces 300 guerriers. Excellent.

Le dessin de Miller joue énormément sur le noir et le blanc. A la limite, on pourra regretter la mise en couleur (pourtant de qualité) de Lynn Varley, tant le travail en amont réalisé par le dessinateur est de qualité. Le rendu est bluffant, mais aussi très proche des habitudes de l'auteur, que connaissent bien les amateurs de Miller.

En bref, "300" est un one-shot de fureur et de sang, parcouru d'une haine et d'une violence telle que vous serez complètement happé dans cette guerre historique. A priori, l'album le plus efficace qu'il m'ait été donné de lire.

11 4 2007
   

"300" est tiré de la bataille des Thermopyles et de la résistance d’une poignée de Spartiates à l’invasion de l’armée Perse en Grèce, mais n’a cependant pas du tout l’ambition d’être un récit historique.

"300" est un hommage à la guerre et au courage des guerriers, mais pas n’importe quels guerriers : les Spartiates. Et qui de mieux que l’auteur de "Sin City" pour rendre hommage à la violence, à l’héroïsme et à l’état d’esprit des hommes de Leonidas lors de cette bataille dont l’issue importe finalement peu, car peu importe le flacon … du moment qu’on ait l’ivresse !

Car l’issue de ce récit est en effet sans surprises, le scénario prévisible et la profondeur obsolète. Par contre la force dégagée par cette œuvre est impressionnante. Le ciel, la terre, les hommes, les armes, les ombres et les couleurs baignent dans la brutalité, la violence et dans le sang.

Les vrais héros, ceux qui n’ont pas de collants ridicules, se trouvent à l’intérieur de cet ouvrage au format aussi judicieux qu’onéreux et Miller leur rend merveilleusement hommage.

L’adaptation cinématographique de "300" vient juste de sortir sur nos écrans ! J’irai certainement voir : pour l'honneur, pour la gloire, pour Sparte, mais surtout pour ... Miller !

3 1 2006
   

Voilà un album de belle qualité autant par son contenu que par son physique (format à part, belle qualité, etc.) et malgré son prix élevé, je pense qu'on peut l'acheter sans soucis.

Concernant son dessin, certaines planches et cases sont belles, c'est certain. Les compositions offrent parfois de très belles images, pleines de force et d'émotion.
Néanmoins, je n'ai pas accroché totalement à ce dessin.
D'une part, j'ai du mal avec son obscurité ambiante : je reconnais la qualité de son dessin faits d'ombres et d'obscurité, mais je ne peux pas m'empêcher de ne pas apprécier un album qui reste ainsi sombre sur toute sa longueur. Je ne suis pas un esthète de l'obscurité (obscurité relative ici, ceci dit : ça donne juste l'impression que tout se passe de nuit ou dans un soleil couchant).
De même, j'ai eu l'impression de retrouver certaines caractéristiques du dessin de Batman - Dark Knight et d'autres comics plus américains par leur décor que le décor de Grèce Antique de 300, notamment au niveau des personnages musclés et parfois proches du style super héros, des chevaux aussi musclés et trapus qu'eux. D'où une légère impression de retrouver des super héros de comics dans un décor antique qui m'a gêné de manière diffuse. Mais ce n'est pas très important et c'est sans doute une impression très personnelle.

Concernant l'histoire, elle est entièrement basée sur l'état d'esprit spartiate : leur honneur, leur force, leur dureté, leur implacabilité. C'est un très bel hommage et la force des hommes de Leonidas rejaillit dans la force de la BD elle-même. C'est dense, c'est puissant.
Ceci étant dit, je n'ai pas été subjugué par cette oeuvre. Je comprends l'hommage mais l'histoire en elle-même ne m'a pas particulièrement semblé prenante. C'est le genre d'histoire dont on connait la fin et qu'on lit par curiosité, pour voir comment elle a été traitée, mais sans vraiment de surprise, d'autant qu'il n'y en a aucune dans le scénario ici. La narration est aussi droite et implacable que les spartiates et le résultat est donc fort mais sans surprise à mes yeux.