40 310 Avis BD |17 074 Albums BD | 6 871 séries BD
Accueil
3 secondes (3'')
 

3 secondes (3'')

 
 
 

Résumé

3 secondes (3'')Afin d'acceder au résumé de 3 secondes (3''), merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de 3 secondes (3'')Chaque album de Marc-Antoine Mathieu est en soit un événement.
En effet, l'auteur a su très rapidement acquérir ses lettres de noblesses par la parution de sa série principale, "Julius Corentin Acquefacques", sa manière assez géniale d'aborder la bande dessinée étant particulièrement originale.

Mélangeant sans cesse le support et son contenu, le fond et la forme, il expérimente très souvent de nouveaux types de narration, avec un succès globalement au rendez-vous.


"3 secondes" repousse donc encore le style de narration pour proposer une expérience assez épatante : raconter 3 secondes de voyage de la lumière, transposant le lecteur dans le rôle même de cette dernière.

Graphiquement, cet album carré en gaufrier (3 cases sur 3) propose un superbe noir et blanc, à l'image de ce que nous présente habituellement l'auteur. Ce zoom permanent est particulièrement ingénieux, étonnant, finalement assez prenant ! Réflexion, diffraction, on voyage au milieu d'un scandale dont le lecteur devra essayer de comprendre les tenants et aboutissants...

...et c'est là que la bât blesse. Car il faut bien l'avouer, le lecteur est particulièrement trimballé de case en case, l'histoire devenant très difficile à cerner. Ce zoom incessant ne laisse finalement peu de place à la lisibilité, il faut bien l'avouer ! Et ce n'est pas la version en ligne (vraiment impressionnante !) accessible uniquement à partir d'un mot de passe disponible dans l'album, qui viendra rendre les choses plus claires, hélas.

Et me voila donc bien embêté. Dois-je louer l'incroyable intelligence et aisance graphique de Marc-Antoine Mathieu, en acceptant l'impression d'être trimballé sans vraiment comprendre le sens de l'album ? Dois-je pénaliser le travail pourtant titanesque de l'auteur sous prétexte qu'il n'est finalement pas particulièrement lisible ?

J'opte hélas pour la seconde solution.. La bande dessinée est un art qui mérite un traitement graphique et narratif de même importance à mes yeux. Dans le cas de "3 secondes", la lecture est bien trop complexe pour que l'expérience soit agréable...


Chronique rédigée par Piehr le 11/09/2011
 
 
Statistiques posteur :
  • 1098 (67,78 %)
  • 130 (8,02 %)
  • 392 (24,20 %)
  • Total : 1620 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 2,00 Note générale
  • Originalité : 5,00 Originalité
  • Scénario : 2,00 Scénario
  • Dessin : 5,00 Dessin
 
Acheter neuf : Clic ! Clic ! Clic !
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.28
Dépôt légal : Septembre 2011

Avis des lecteurs

9 internautes ont donné leur avis sur l'album BD 3 secondes (3''), lui attribuant une note moyenne de 3,28/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

13 7 2012
   

Une excellente bande dessinée. Certes, le lecteur ne doit pas être passif : il faut qu'il s'investisse (ce qui est le cas d'autres oeuvres exigeantes, je pense notamment au travail de Chris Ware). Une investigation policière truffée de références à l'art contemporain, à la bd, à ... Eric Cantona. C'est agréable d'être manipulé, de renoncer, et ce malgré plusieurs lectures, à tout comprendre : est-ce d'ailleurs une nécessité ?

11 4 2012
   

Tous les avis ci-dessous évoquent le scénariste : du coup, moi qui ne le connaît pas, je passe presque pour un idiot. En même temps, cela doit s'expliquer : je suis assez peu porté d'habitude sur ce type de production, novatrice, certes, mais qui recherche avant tout l'originalité, en oubliant un petit peu que le lecteur grand public peut rechercher autre chose qu'une idée originale.

Mais il faut bien reconnaître qu'il s'agit certainement là de la BD la plus originale que j'ai eue l'occasion de "lire". C'en est même à se demander s'il s'agit toujours du genre BD, ou si c'est juste un receuil de dessins qui mis bout à bout sont censés raconter quelque chose. Le coup des reflets dans tous les sens est assez bien vue et intrigue au premier abord. J'ai donc immédiatement éprouvé un certain intérêt pour le début de cet ouvrage, étant renvoyé tout autour d'une scène par un jeu de caméra assez bien imaginé, qui exploite les reflets. Il est clair que l'auteur se livre ici à un exercice qui tient de la recherche et l'effet est réussi. Malheureusement, je trouve que l'on en fait parfois trop et on utilise plusieurs fois le reflet d'une ampoule, signe certainement que le scénariste est arrivé, à un certain moment, au bout de son idée et qu'il a eu du mal à se renouveler. De même je trouve que l'incursion dans l'espace ne sert pas à grand chose, si ce n'est à nous montrer que l'auteur a poussé son raisonnement très loin, comme une démonstration de force. Graphiquement, c'est intéressant, mais c'est également épuisant : j'ai eu le tournis en quittant cet album.

Au niveau de l'histoire, tout est distillé et on se rend compte que ces 3 secondes sont liées à une sombre histoire d'argent roi et de malversation dans le monde du foot. Je ne suis pas bien sûr d'avoir tout compris, notamment en ce qui concerne le destin d'un avion qui passe par là. C'est là-dessus que je reste un petit peu sur ma faim : après ces trois secondes, il me manque quelque chose pour me rassurer, pour m'indiquer que je n'ai pas eu mal au crâne pour rien. C'est un peu comme si l'auteur avait un peu oublié son lecteur : il se livre à un exercice qui tient de la figure de style mais en oublie que la recherche a pour vocation d'être utilisée à des fins pratiques.

Ca reste une belle prouesse graphique, une belle mise en image d'un concept orginal et finement imaginé, mais qui manque d'accessibilité et de lisibilité pour que j'en retire une entière satisfaction.

15 2 2012
   

Moi, je trouve la forme plus réussi que le fond...

En effet, que ça soit dans la forme numérique ou papier, j'ai trouvé l'exercice de style sympa et pas raté, mais le scénario bien nébuleux.

Malgré avoir vu/lu 3 fois l'histoire (dans les deux formes), j'ai juste compris le thème du complot/scandale autours duquel se base l'histoire. En effet, même si j'aime bien qu'une BD me fasse réfléchir, je n'aime pas qu'elle nous laisse tout chercher et recoller les informations entre elles (et se crever les yeux à lire les textes à l'envers, déchiffrer des articles de journaux où chercher la moindres informations complémentaires partout, ça m'énerve assez vite, je n'ai même pas pris le temps de le refaire dans la version numérique). Du coup, je n'ai pas pris de plaisir à découvrir l'histoire.
C'est comme le dessin, il est recherché et relativement bien fait (c'est le style de MAM auquel j'adhère), mais tout ce travail de zoom et d'incrustation de la casse suivante, n'est pas des plus joli (on voit trop souvent où sera le reflet trop vite, et à force d'être agrandi, certaines cases sont moins jolies, ce qui est normal).

Mais par contre j'ai aimé la forme de l'exercice de style. Je trouve que l'idée originel (faire un zoom dans les reflets pour balayer tous les angles morts d'un endroit), combiné à un film (même si dans ce cas là, il est moins réussi que la bd) est excellente, et j'espère que ce genre de révolution sera réitérée avec des scénarios plus accessibles (au lecteur un peu simple (?) que je suis).
A tester et à vous de juger si vous adhérez...

12 1 2012
   

3" est une BD qui peut se lire en 30", mais pas que...
Oui c'est peut-être vrai qu'on a trop encensé la BD de Marc-Antoine Mathieu car il est assez rare de faire de l'originalité dans le monde de la BD. Mais on confond souvent originalité et chef-d'oeuvre. 3" est pour le coup super original et techniquement très intéressant, "une bête de concours" en quelque sorte, raconter une histoire en 3" sur des jeux de regards et de miroirs relève du défit, mais on voit arriver les limites assez rapidement, et outre la prouesse technique, il ne reste pas grand chose aux vues de la première lecture.
Ça pourrait s'arrêter là, mais a y regarder de plus près, Marc-Antoine réussi a raconter réellement une histoire; tout est dans les cases mais il faut chercher, remonter les indices, faire preuve de patience à la manière d'un Sherlock Holmes et là, c'est tout de suite beaucoup plus captivant.
Ce 3" mérite donc un peu moins que ce que les critiques en pensent, mais à s'y pencher de plus près, on peut arriver a en sortir quelque chose d'autre que le fait de lire une BD "inclassable".

11 1 2012
   

Une histoire muette en noir et blanc, durant 3 secondes, étirée sur 80 pages. Il n'y a pas à dire : Marc-Antoine Mathieu est vraiment tordu et sacrément inventif.

L'auteur combine ainsi le zoom et l'effet miroir pour faire avancer l'histoire. Ainsi, en zoomant dans la rétine d'un personnage on découvre ce qu'il voit et le zoom continue à l'infini et nous balade jusque dans le ciel pour mieux revenir à son point initial (3 secondes plus tard).

L'histoire semble raconter une magouille liée au monde du football et le lecteur est invité à démêler tout cela à travers les détails des dessins. Pour avoir lu et relu cette histoire, je n'ai pas l'impression qu'il y ait grand chose à comprendre (où alors je suis idiot), mais au final, l'histoire est très secondaire.

Ce qui est remarquable, c'est le procédé utilisé et la richesse des dessins de M-A Mathieu. Cependant, la lecture papier est loin d'être aussi jouissive que la version numérique où le travail de l'auteur prend tout son sens. Sachant que le code pour accéder à cette version est facilement lisible sur l'album en librairie, on peut se demander pourquoi acheter la version papier dont la lecture finie par être poussive et confuse au fil des pages.

Une histoire secondaire, un procédé de zoom uniquement efficace en version numérique... M-A Mathieu est un ambitieux et un super créatif. Mais est-ce suffisant pour faire un bon album ?

10 12 2011
   

Étrange album.

Narrer une histoire qui s'étale sur 3 secondes est à la base un projet de cinglé. S'empêcher tout phylactère avec des dialogues qui auraient de toute façon été réduits à quelques mots (en quelques secondes, on ne peut exprimer grand chose) ne facilite pas l'entreprise. "3''" est donc un objet atypique, une expérience nouvelle qui amène le lecteur à tenter de décrypter un récit complexe.

Toutes les planches sont découpées suivant le même gaufrier à 9 cases. Le principe est celui d'un long zoom (encore plus perceptible si l'on découvre l'album en version numérique sur le site officiel). On entre de plus en plus dans une image qui comporte toujours un objet qui servira de miroir pour refléter la scène suivante vers laquelle le découpage va zoomer. Par un jeu de renvois, on parcourt donc les planches et l'on se fait une idée de l'intrigue organisée autour d'une magouille sportive.

Techniquement, c'est assez impressionnant. C'est le genre de projet dans lequel un dessinateur se lance une fois que son scénario est hyper soigné ! Cette contrainte majeure à laquelle Marc-Antoine Mathieu a décidé de se plier n'empêche pas l'ensemble d'être très lisible. L'investissement du lecteur va conditionner sa compréhension de l'album : si vous êtes très pressé, vous risquez de ne rien comprendre à tout cela. Si vous prenez un peu plus de temps, que vous observez les détails et les différents textes visibles sur les journaux entre autres, vous devriez avoir une certaine idée de ce qui se passe. Et si vous êtes un Sherlock Holmes en herbe, vous allez vous régaler à essayer de décrypter le travail de Marc-Antoine Mathieu.

C'est donc une bande dessinée qui n'est pas des plus accessibles, mais c'est franchement intéressant à lire car la démarche de Mathieu est très originale et montre que la Bande Dessinée est un art qui est encore loin d'avoir dévoilé tout son potentiel.

10 11 2011
   

Ce one-shot signé Marc-Antoine Mathieu invite à suivre un faisceau lumineux qui parcourt les 66 pages de cet album en 3 secondes. Au fil des ricochets et des changements d’angles, le lecteur découvre certains détails qui lui permettent de reconstituer le puzzle imaginé par l’auteur.

Si visuellement l’exercice s’avère extrêmement maîtrisé et intelligent, il a déjà beaucoup plus de mal à convaincre au niveau du scénario. Dénouer tous les fils de ce crime sur fond de scandale dans le milieu du foot s’avère en effet assez périlleux.

Ce gigantesque zoom est proposé dans un format de 9 cases alignées 3 par 3, mais également en version numérique sur le net. Ce film en noir et blanc qui multiplie les reflets, démontre une nouvelle fois tout le talent narratif de cet auteur qui recherche constamment les limites de l’art séquentiel, mais a ici également tendance à inutilement complexifier l’intrigue de ce polar.

S’il faut donc une nouvelle fois saluer la performance visuelle et même inviter le lecteur à se munir d’un miroir lors de la lecture, pour une fois, je suis cependant un peu plus sceptique au niveau du scénario.

beuzno :Une BD culte ! Note de l'album : 5,00
Avatar de Reflet de l'avatar de
12 9 2011
   

pas du tout d'accord avec Piehr.
Marc Antoine Mathieu te montre la scène sous tous les angles, et les explications sont sur le journal, les affiches, la télé...
Relis-le lentement en gardant en mémoire les différents angles de vue.
il y a aussi le temps qui passe : 3'' (les balles, la fumée, le poudrier qui se casse...).
c'est très fort.