44 770 Avis BD |19 306 Albums BD | 7 666 séries BD
Accueil
3 instincts
 

3 Instincts : 3 instincts

 
 

Résumé

3 Instincts : 3 instinctsAfin d'acceder au résumé de 3 Instincts : 3 instincts, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de 3 Instincts : 3 instinctsNouveau venu dans le monde de la BD, Julien Parra frappe fort avec un one shot de 128 pages mettant en scène 3 tranches de vie apparemment sans aucun lien.

Indépendamment les unes des autres, chacune des histoires possède sa propre ambiance et une intrigue à chaque fois dans un style différent. Cela se ressent à la fois sur le fond du récit, sur la narration, dans le graphisme et la couleur.

Le premier acte est une enquête policière. Deux flics se retrouvent face à un tueur en série qui mutile ses victimes avant de les exécuter, le tout sur un fond beige orangé. Le deuxième acte retrace la soirée d'un lycéen qui se prostitue pour gagner de l'argent. La narration est exclusivement en voix off et l'ambiance est cette fois au bleu nuit. Le troisième acte met en scène un homme dans une station de métro qui voit défiler une galerie de personnages. L'ambiance est au rêve, il n'y a pas de texte, et le vert est de mise avec quelques pointes de rouge.

Enfin le dernier acte apporte toute la signification à l'intrigue mais je n'en dévoilerai pas plus pour ne pas gâcher la lecture.

L'auteur s'offre en fait un exercice de style dans le récit en jouant sur la chronologie et l'effet cause-conséquences. Les destins des personnages sont effectivement liés mais on n'en prend conscience qu'à la fin. Le tout tient debout car la boucle est bouclée mais cela amène surtout à s'interroger sur les conséquences des actes de chacun.

La violence est clairement présente et très explicite, mais on ne tombe pas non plus dans l'excès. Les scènes les plus dures s'intègrent normalement au récit et justifient complètement l'intrigue donnant ainsi beaucoup de réalisme et de force à cet album.

On ressent fortement l'influence du manga dans le dessin avec un style à la fois fin et épuré, mais la BD dans son ensemble reste dans un schéma franco belge. L'encrage est soigné et les couleurs sont toutes réalisées en aplat. Ce n'est pas dérangeant et cela colle finalement bien avec le tout, le but étant de rendre une ambiance particulière sur chaque histoire. L'auteur n'en utilise globalement que 2 ou 3 majoritaires, à chaque fois dans le même ton.

Finalement, pour un premier album, on sent vraiment un travail de fond sur la construction de l'album. L'intrigue est assez prenante et les trois histoires prennent toutes leur sens à la fin. Rien n'est laissé au hasard, le tout est propre et efficace.


Chronique rédigée par Fa le 14/03/2010
 
 
Statistiques posteur :
  • 65 (36,72 %)
  • 96 (54,24 %)
  • 16 (9,04 %)
  • Total : 177 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 14,20 14,20 14,20
Acheter d'occasion : 5,88
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.90
Dépôt légal : Mars 2010

Avis des lecteurs

5 internautes ont donné leur avis sur l'album BD 3 Instincts : 3 instincts, lui attribuant une note moyenne de 3,90/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

27 6 2013
   

J’étais passé à côté de ce premier album de Julien Parra et j’ai bien fait de rattraper cet oubli car le jeune auteur fait une entrée remarquée au sein de neuvième art.

« Trois instincts » débute par huit cadavres retrouvés dans un entrepôt désaffecté et raconte l’histoire de trois destins dont le point commun n’est divulgué que lors d’un acte final révélateur.

Les trois tranches de vie proposées dans un désordre chronologique assumé peuvent se lire indépendamment les unes des autres car elles ne prennent tout leur sens que lors de l’épilogue. Cette prouesse narrative est accompagnée d’un visuel qui varie les styles et les couleurs à chaque chapitre.

Le premier acte, sombre et violent, invite à suivre une enquête policière assez classique, où deux policiers traquent un tueur en série. Le second, entièrement narré en voix-off et baignant dans une ambiance bleue assez étouffante, invite à suivre les pensées d’un lycéen qui se prostitue pour gagner de l’argent. Le troisième acte, totalement muet et plus onirique, accompagne les rêves d’un homme au seuil de la mort. Et pour conclure, un final qui lie le tout de manière efficace.

Bref, une excellente découverte qui ravira tous les amateurs de polars intelligents.

9 2 2012
   

Je me souviens, l'année dernière, qu'un jeune auteur était venu nous présenter son nouveau projet sur le site... Un thriller étouffant et violent à la narration explosée et qui donne les clés de ses mystères dans son épilogue ? C'est vrai que c'est alléchant.

La quatrième de couverture parle aussi du livre/film "Orange Mecanique"... Bon de l'aveu de l'auteur (que j'ai eu la chance de rencontrer) et qui n'a pas vu le film, c'est juste une technique de commerce et de pub utilisée par l'éditeur, et c'est vrai que la ressemblance entre les deux œuvres est faible, mais le plaisir qu'on prend à les parcourir et quasiment égal (sachez que ce film est mon préféré).

A savoir, pour tous les amateurs de thriller, malsain, glauque et violent (physiquement et moralement), cette BD est faite pour vous.
Ça commence comme une banale enquête policière sur un tueur en série. Mais finalement, ce n'est pas l'enquête qui nous intéresse, mais le comportement du tueur.

Et puis, on enchaine sur un "deuxième" instinct ; l'instinct enfoui. La force du scénario est également que l'on peut lire les trois premiers chapitres dans l'ordre que l'on veut, puisqu'on comprendra leur lien seulement dans l'épilogue, jusqu'à avant, ils nous paraissent indépendant.
Ce deuxième chapitre nous narre l'histoire d'un adolescent qui pour gagner un peu d'argent, se vend à de vieux pervers... Encore plus étouffant, malsain et glauque, ce chapitre m'a retourné... Encore plus violent que le premier, mais jamais trop gratuitement.
Le troisième chapitre est différent, tout muet et plus onirique, avec une baisse de tension qui est le bienvenu. On ne le comprends pas tout de suite d'ailleurs, mais la fin nous éclairera encore une fois sur son contenu.
Et la conclusion est assez forte, et remuante aussi. Et elle nous montre que le scénario est très intelligemment écrit, une vraie réussite. Ma seule frustration, c'était de ne pas en savoir plus sur ce que sont devenu certains personnages après leur chapitre respectif (même si, comme la chronologie est chamboulée, on a quelques indices) mais l'album est déjà excellent dans sa forme.

Pour le dessin, Julien Parra possède un joli trait, à peine influencé par le manga (plus par le dynamisme de la mise en page et du découpage). L'encrage, assez gras et des fois, proche de l'esquisse, lui donne une forte personnalité, tout comme le choix des couleurs (une dominante pour chaque chapitres). Certaines cases, trahissent, du moins à l'époque, un petit manque de maturité (notamment au niveau de l'anatomie), mais dans l'ensemble, c'est très agréable à l'œil.

Un excellent album qui a réussi à totalement m'estomaquer juste après sa lecture... J'en redemande et vous le recommande.

14 4 2010
   

Cet album est une très bonne surprise.
Son jeune auteur, Julien Parra, a en effet choisi d'éclater la construction de l'histoire afin de sublimer son récit, à la manière d'un Pulp Fiction qui se moque du sens de narration classique.

Comprenez par là que les trois histoires, intimement liées pour former un tout, nous sont présenté dans un désordre chronologique évident, et prendront tout leur sens lors de l'épilogue. Le traitement est impeccable, et dépasse largement le statut d'artifice pour vraiment plonger le lecteur dans le récit. Car finalement, ce qu'on gardera en mémoire de ce one-shot, ce sont les scénarii. Travaillés, jouant beaucoup sur l'émotion et le nature humaine, ils apportent beaucoup de fraicheur à nos lectures plus classiques.

S'il faut trouver un défaut : la conclusion du premier "instinct", sans la suite de l'album, est incompréhensible. J'ai relu plusieurs fois les dernières pages pour trouver un sens avant de laisser tomber... pour ne comprendre que grâce à l'épilogue le fin mot de l'histoire.
C'est évidemment assez frustrant lorsque l'on est pas prévenu !

Le dessin est assez agréable, et emprunte parfois au manga certains traits surtout au niveau des visages. On pourra regretter parfois l'anatomie pas irréprochable des personnages, mais rien de bien méchant. Et la couleur, parfois complètement monochrome sur plusieurs pages, joue un grand rôle dans toute l'ambiance qui se dégage de l'album. Un très bon point, donc !

Je découvre donc avec plaisir le travail de Julien Parra par le biais de cet album... faites de même, vous ne serez pas déçu !

31 3 2010
   

Première parution pour Julien Parra, jeune auteur français qui se charge de tout (scénario, dessin, couleurs) avec réussite.

C'est un album très personnel qu'il délivre.
Le graphisme est très inspiré du manga et les couleurs alternent dans des tons unis (sépia, bleu, vert), toutes en aplats. L'impact visuel est fort, avec des fonds qui peuvent être vides ou au contraire faits de décors en perspectives.
La mise en page est dynamique avec un découpage des planches qui immerge le lecteur dans une intrigue aussi violente que mystérieuse.

La narration est également assez remarquable : les deux premiers chapitres vous prennent à la gorge et la suite vous entraîne dans des méandres insoupçonnables...
Dans le premier, on est témoin de la folle violence qui s'est emparée d'une jeune fille, qui n'a pas grand chose à envier à Dexter...
Le second chapitre met en scène un jeune garçon qui se prostitue. Son client est un homme riche qui l'emmène dans sa somptueuse villa. C'est alors que les choses tournent mal, vraiment mal...
Le troisième chapitre marque une cassure dans la narration. Un homme a des hallucinations dans le métro et croise différents personnages. C'est un passage magnifique, dénué de tout dialogue. Après avoir été plongé dans une atmosphère oppressante à souhait dans les deux premiers chapitres, celui-ci nous emporte dans une dimension onirique, où le côté angoissant se mélange à l'illusion.
Enfin, la conclusion fait qu'on comprend mieux les trois personnages consacrés à chaque chapitre.

Le début de l'album laisse à penser qu'on a affaire à un thriller réaliste et explicite, mais en réalité ce qui est traité va bien au delà et pose la question du déterminisme : comment les personnalités se construisent-elles en fonction des évènements de l'enfance ?
La violence de certains passages n'est pas gratuite. Elle fait symboliquement écho à la cruauté de la vie et plus généralement des humains.

En refermant ces "3 Instincts", on prend tout de suite conscience que c'est un album très particulier, doté d'une authentique originalité.