46 492 Avis BD |20 156 Albums BD | 7 883 séries BD
 

20th Century Boys, tome 8

 
 

Résumé

20th Century Boys, tome 8Afin d'acceder au résumé de 20th Century Boys, tome 8, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de 20th Century Boys, tome 8Suite du récit d’Otcho racontant le grand bain de sang de l’an 2000. On apprend dans ce tome une grande partie de ce qui s’est passé cette fameuse nuit… Enfin :) C’est vraiment captivant et prenant et Urasawa avait su maintenir le suspens tout au long des 8 premiers tomes et le maintient encore puisque tout n’est pas révélé. On continue bien sur à se poser pleins de questions mais on en sait enfin un peu plus.

Par contre, la deuxième partie concerne Kyôko, la jeune lycéenne ayant choisit le grand bain de sang comme sujet d’histoire. Je ne suis pas vraiment fan de ce personnage. Son côté futile est trop exagéré. Cependant, elle lance une nouvelle intrigue en allant à Amiland. Quel est ce lieu bizarre ? Que cache ce parc d’attraction ? Et puis, on y retrouve… vous verrez bien vous même ;)

Bref, une très bonne première partie et une seconde moyenne même si elle a pas mal d’intérêts.


Chronique rédigée par Cha le 08/03/2005
 
 
Statistiques posteur :
  • 236 (19,92 %)
  • 18 (1,52 %)
  • 931 (78,57 %)
  • Total : 1185 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,50 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 8,54 8,54 8,54
Acheter d'occasion : 5,86
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.88
Dépôt légal : Juillet 2003

Avis des lecteurs

4 internautes ont donné leur avis sur l'album Manga 20th Century Boys, tome 8, lui attribuant une note moyenne de 3,88/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

2 6 2016
   

Pour la première fois depuis le début de la série, voilà que ma note baisse en-dessous de 4/5. Et pourtant, rien ne le laissait présager. En effet, on commence cet album avec une superbe partie sur ce qui s’est passé le 31 decémbre 2000, en portant un éclairage supplémentaire sur le rôle de Kenji. Kenji, qui est devenu un terroriste aux yeux du monde, et Ami étant le sauveur. Ainsi, tout s’explique. Tout cela est admirablement conduit, avec toujours cette frustration savamment entretenue : si Kenji voit le visage d’Ami, il n’en sera toujours rien pour le lecteur.

En revanche la deuxième partie de l’ouvrage, qui présente la jeune Kosumai dans le parc Amiland, un parc d’attraction et surtout de rééducation, m’a moins plus. Certes, il est intéressant de reboucler avec le personnage de Yoshitsune mais les éléments me semblent moins bien amenées, moins fluides que dans les tomes précédents. Au niveau de l’intrigue, j’ai du mal à accepter cette réalité virtuelle qui sonne plus comme un voyage dans le temps peu crédible. Le procédé permet de revenir aux années 70 sans faire appel au flash back mais cette réalité virtuelle est pour moi un peu trop grosse pour être acceptée en l’état.

On reste dans une série aux nombreuses époques, aux nombreux personnages, aux nombreuses influences, et aux nombreuses motivations, le scénariste nous emmenant de l’un à l’autre d’une bien belle manière. Pour autant, je trouve que ce tome part sur des chemins un peu plus grossiers, avec quelques facilités de scénario qui font que l’ensemble paraît moins bon.

17 12 2006
   

Aaaarrrrggghhhhh !!!! Je veux savoir la suite ...

Que dire de plus par rapport aux tomes précédents ? c'est toujours aussi captivant, les passages d'une époque à l'autre (quel que soit le narrateur ou la situation) apportent régulièrement leur lot de questions et de réponses, l'intrigue se précise etc...
C'est vraiment du tout bon ! A lire si vous avez le tome 9 sous la main sous peine de grande frustration ...

23 12 2005
   

Urasawa continue de jouer avec les flash-back et les aller-retour entre les différentes périodes, tout en changeant régulièrement de narrateur.

Dans ce huitième tome c’est Otcho, alias Shogun, qui continue son récit entamé dans le tome précédent. Mais peu importe le narrateur ou la période avec Urasawa, car page après page, tout en menant le lecteur par le bout du nez, il rapproche ses lecteurs de l’énigme.

Ce tome nous en apprend énormément sur la nuit du 31 décembre 2000 (et non 2002 comme faussement indiqué sur l’une des pages du début), mais comme à chaque fois que Urasawa lève le voile sur une énigme, c’est pour mieux en relancer une autre.

Le suspens reste donc de mise, l’identité de l’AMI de plus en plus mystérieuse, le développement d’Amiland intéressant et la fin du tome … tellement frustrante si on n’a pas le neuvième tome sous la main (vous voilà prévenus)!