46 491 Avis BD |20 156 Albums BD | 7 883 séries BD
 

20th Century Boys, tome 7

 
 

Résumé

20th Century Boys, tome 7Afin d'acceder au résumé de 20th Century Boys, tome 7, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de 20th Century Boys, tome 7On retrouve Otcho, vivant, qui essaye de s’évader avec l’aide du jeune auteur de manga, de la luciole des mers.

Ce tome est encore très réussi même s’il est un peu moins captivant car la première partie de l’histoire est trop prévisible. Il y a tout de même un certain suspens qui est maintenu. Un nouveau personnage secondaire est introduit qui va nous permettre d’enfin savoir ce qu’il s’est passé lors de cette fameuse nuit du 31 décembre 2000 mais elle manque de consistance ; elle sera peut être plus consistante dans les tomes suivants. C’est prenant et captivant, tout ce qu’on voulait savoir va enfin nous être révélé, on ne lâche pas le tome tellement on veut connaître la vérité sur cette nuit là…

Encore très bien construite, cette histoire est à mon sens un exemple pour tous les scénaristes de fluidité, de construction du récit, de mise en scène… Urasawa a prévu son récit de façon grandiose, il sait où il va et nous le montre ici (comme dans les autres tomes). Même au niveau du récit du grand bain de sang, il arrive à mêler deux narrateurs sans le moindre problème.

Encore du grand art signé Urasawa !


Chronique rédigée par Cha le 04/03/2005
 
 
Statistiques posteur :
  • 236 (19,92 %)
  • 18 (1,52 %)
  • 931 (78,57 %)
  • Total : 1185 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 5,00 Originalité
  • Scénario : 4,50 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 8,54 8,54 8,54
Acheter d'occasion : 7,00
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.75
Dépôt légal : Mai 2003

Avis des lecteurs

4 internautes ont donné leur avis sur l'album Manga 20th Century Boys, tome 7, lui attribuant une note moyenne de 3,75/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

2 6 2016
   

Cet album reste de très bon niveau, puisqu’il se permet une bonne dose d’action, avec cette évasion, et parce qu’il revient sur ce fameux réveillon du 31 décembre 2000 : après nous avoir largement frustré quelques tomes auapravant, l’auteur nous remet en appétit en y revenant, et y introduire de nouvelles surprises. Urasawa trouve encore un très bon équilibre pour son intrigue qui reste captivante, tout en introduisant de nouveau personnage.

Bon, avec le recul, on se demandera quand même pourquoi Otcho aura attendu près de 14 ans avant de sortir de prison, et on se dira qu’il se retrouve sur la piste de Kanna assez facilement. De la même façon, ce nouveau personnage qui enquête sur Kenji manque sans doute un peu de profondeur et sa rencontre avec Dieu semble avant tout fortuite. Ce sont autant de petits éléments qui semblent un peu plus faciles, mais qui permettent au scénario d’avancer. Urasawa nous avait habitués à plus complexe et plus recherché…

Mais qu’importe ces quelques coups de moins bons ou de moins bien, dans la mesure où le récit reste entrainant, le scénariste sachant satisfaire la curiosité du lecteur sans non plus lui donner toutes les clés, l’incitant à aller toujours plus avant dans cette histoire ahurissante qui mêle les époques.

16 12 2006
   

L'histoire se poursuit sans lassitude, même si la trame est plus prévisible.
A noter l'apparition d'un nouveau personnage qui va chercher à en savoir plus sur Kenji. Mais sa psychologie n'est pas encore assez développée pour le rendre intéressant.
Les passages d'une époque à l'autre sont toujours aussi maîtrisés et le mystère reste entier (même si on en apprend un peu plus à chaque tome).
Niveau graphisme, c'est une belle continuité. Le style est toujours le même ce qui évite de perdre le lecteur.
La fin du tome, comme d'habitude, nous laisse sur un suspense savamment dosé ...

23 12 2005
   

Après avoir passé presque deux tomes en 2014, Urasawa s’amuse de nouveau à sauter d’une période à l’autre dans ce septième tome, ce qui le rend un peu plus confus que les précédents.

D’un autre côté, tout en introduisant un nouveau personnage à la curiosité fortement développé, Urasawa nous livre également énormément d’informations sur ce qui s’est passé cette fameuse nuit du 31 décembre 2000. Et c’est bien entendu, juste au moment où cela devient vraiment intéressant que le tome s’achève.

Tel un vrai virtuose, Urasawa nous ramène vers cette nuit du 31 décembre en convergeant deux histoires parallèles vers cet instant fatidique à l’aube de l’an 2001. Du grand art !