46 503 Avis BD |20 164 Albums BD | 7 885 séries BD
 

20th Century Boys, tome 14

 
 

Résumé

20th Century Boys, tome 14Afin d'acceder au résumé de 20th Century Boys, tome 14, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de 20th Century Boys, tome 14Les trois quarts de ce tome se déroulent dans le simulateur d’Amiland. Afin de connaître les projets d’AMI, Kanna, Koizumi et Yochitsune vont « retourner dans le passé ».

Au final, à part 2 ou 3 points, je ne trouve pas ce tome très intéressant. Il reste basé sur le mensonge d’AMI que je n’ai pas vraiment saisi. Mais l’histoire est tellement bien raconté, si fluide dans son déroulement des évènements que l’on est aspirés par notre lecture, on ne peut pas nous arrêter/ Et puis, il y a vraiment de grosses surprises, des rebondissements auxquels on ne s’attend pas. Le tout nous donne vraiment envie de lire la suite. Je ne sais pas comment Urasawa s’y prend pour raconter des histoires si captivantes !

Le dessin est assez soigné, détaillé. On se prend au jeu et on est transporté dans les différents endroits dessinés.

Le coup de théâtre de la fin donne par contre une envie très pressante de lire la suite même si dans l’ensemble ce tome est un peu moyen.


Chronique rédigée par Cha le 25/03/2005
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de ChaReflet de l'avatar de Cha
Statistiques posteur :
  • 236 (19,92 %)
  • 18 (1,52 %)
  • 931 (78,57 %)
  • Total : 1185 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 4,50 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 8,54 8,54 8,54
Acheter d'occasion : 7,44
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.75
Dépôt légal : Novembre 2004

Avis des lecteurs

4 internautes ont donné leur avis sur l'album Manga 20th Century Boys, tome 14, lui attribuant une note moyenne de 3,75/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

14 6 2016
   

Cet album me plaît un peu moins que les précédents, parce qu’une grande partie de ce dernier est centré sur ce simulateur de réalité virtuelle d’Ami-Land. J’ai toujours du mal à adhérer à ce concept, qui permet en fait à nos différents protagonistes de voyager littéralement dans le temps, et d’interagir avec un environnement virtuel que l’on voudrait nous faire passer par de la réalité passée. Certes, ce procédé permet un retour aux sources, et de revenir sur ce qu’il s’est passé dans cette fameuse salle de classe, ainsi que d’insister davantage sur le fameux mensonge d’Ami autour de la date (1970 ou 1971) que l’on a encore du mal à véritablement cerner à ce stade. On reste happé par un suspense haletant, par une idée très originale, et par un mystère qui dure depuis 45 ans maintenant, ainsi que par cette nouvelle attaque bactériologique qui semble annoncé l’arrivée d’un nouvel AMI. Mais ce tome repose sur un procédé que j’ai vraiment du mal à accepter, et sur des nouveautés qui, dans le plus pur style d’Urasawa, n’atteindront leur maturité que dans quelques tomes : il ne fait ici qu’aborder des thèmes qui, s’il respecte son style, devraient germer quelques albums avant de révéler leur pleine puissance.

24 12 2006
   

Alors qu'on pense en avoir fini avec Ami, voilà que Urasawanous ressert son personnage d'un point de vue qu'on ne connaissait pas.
Tout se passe dans le passé "virtuel" et les révélations sont encore une fois nombreuses. On est captivé par la lecture de bout en bout. Il faut quand même avoir un talent énorme pour balader le lecteur depuis déjà 14 tomes sans lasser et en restant cohérent. C'est vraiment excellent !
Les personnages ont tous de l'importance, ils ont tous un rôle à jouer et on commence à se demander si Ami est vraiment humain.

3 1 2006
   

Après un tome sans AMI, tous les personnages convergent vers le simulateur d’Amiland afin de connaître les vrais projets d’AMI en retournant dans le passé. Au début cela ressemble à une maigre consolation pour le lecteur de retrouver AMI virtuellement dans le simulateur, mais la réalité commence à rattraper le virtuel et si jamais … elle le dépassait.

Urasawa est vraiment un maître narrateur incroyable, non seulement il nous créait un suspens à cheval sur trois périodes et voilà qu’il nous crée une nouvelle réalité dans le virtuel. C’est une phrase qui ne veut pas dire grand-chose maintenant que je la relis, mais Urasawa nous mène tellement en bateaux qu’on ne sait plus vraiment où se situe la limite entre la réalité et le virtuel, entre la vérité et le mensonge.

On sait juste une chose : un nouveau rebondissement spectaculaire se prépare et il faudra lire le tome suivant pour le connaître.