46 469 Avis BD |20 139 Albums BD | 7 882 séries BD
Accueil
Tome 1 : Printemps
 

100.000 milliwatts, tome 1 : Printemps

 
 

Résumé

100.000 milliwatts, tome 1 : PrintempsAfin d'acceder au résumé de 100.000 milliwatts, tome 1 : Printemps, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de 100.000 milliwatts, tome 1 : PrintempsUn poil (de criquet) déçu par cet album.

Je connaissais Diego Aranega par le biais de Victor Lalouz, puis de Focu (oui je sais, j'ai pas lu dans l'ordre), et j'avais franchement bien aimé l'humour. Dans cet album, écrit pour son comparse Jochen Gerner, l'humour est le même. Potache, adolescent, reposant sur une relation dominant/dominé, j'ai très vite eu l'impression de relire des gags de Victor Lalouz.

Ces gags auraient pu être écrits dans n'importe quel contexte, ce qui est dommageable à la série, qui du coup ne sort pas du lot. Quant au dessin, Gerner fait du Gerner, mais avec un scénario stéréotypé, difficile d'être original. Seule l'apposition collection Shampooing lui permettra probablement d'être bien visible sur les étals.


Chronique rédigée par Spooky le 19/08/2007
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de SpookyReflet de l'avatar de Spooky
Statistiques posteur :
  • 866 (80,26 %)
  • 70 (6,49 %)
  • 143 (13,25 %)
  • Total : 1079 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,00 Note générale
  • Originalité : 2,50 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 10,40 10,40 10,40
Acheter d'occasion : 2,38
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.00
Dépôt légal : Juin 2007

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD 100.000 milliwatts, tome 1 : Printemps, lui attribuant une note moyenne de 3,00/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

6 7 2010
   

Cette BD se différencie avant tout par son dessin, et ce dès la couverture. Le trait de Jochen Gerner est marqué, anguleux, proche d'une ligne claire stylisée. A cela s'ajoute des tramages pour simple décor et des couleurs désaturées qui ajoutent encore à sa personnalité.
Un graphisme intéressant donc et utilisé à bon escient pour ce récit d'humour.

Mais passé cela, le contenu des gags de chaque planche ne m'a guère convaincu. Les protagonistes sont des insectes mais cet aspect du récit n'apparaît presque pas dans une bonne moitié des pages. Car ils sont avant tout anthropomorphiques et sensés être des jeunes qui veulent se lancer dans le rock néo-gothique, avec la rebelle attitude qui va avec, et vivre si possible comme des stars du genre.

J'ai trouvé l'humour plutôt banal, pas à la hauteur de l'originalité du dessin. Ce sont souvent des gags qui auraient pu être replacés dans n'importe quel autre contexte, du moment qu'on peut y placer comme personnages un gros naïf et un maigre agressif. Ce duo est d'ailleurs franchement cliché, si ce n'était pour la manie qu'a Keith de manger ceux qu'ils croisent et qui sont plus petits que lui.
Bref, je n'ai pas vraiment ri à ces gags et c'est dommage car j'attendais plus d'une association entre ces deux auteurs.

18 11 2007
   

C'est sympa tout plein, ce petit opus.
Les histoires en une planche, ça donne du rythme, c'est sûr.
Kurt et Keith, je m'y suis bien fait et le graphisme tout en douceur et en poésie.
L'usage de ces points colorés que l'on retrouve d'habitude en quadrichromie, je m'y suis bien fait, et j'y ai pris goût.
Le dessin simple, exprimant ce qu'il faut, tout à fait dans le style de Jochen Gerner, laisse bien en évidence le récit.
Porté par peu de texte, mais avec des mots distribués efficacement, distillés subtilement, celui-ci est parfois exquis, souvent agréable.
Mon seul reproche tient à la structure: il n'est pas aisé d'être régulier tout au long d'un ouvrage d'histoires en une page et c'est inégal, un peu long sans doute.
Mais je ne compte pas bouder mon plaisir, et me refuser la légèreté et les sourires issus des pages de cet ouvrage.
Un tome1, semble t-il ? Tant mieux !