46 216 Avis BD |20 032 Albums BD | 7 856 séries BD
Accueil
Tome 3 : Parlez Kung Vous
 

100 Bullets, tome 3 : Parlez Kung Vous

 
 

Résumé

100 Bullets, tome 3 : Parlez Kung VousAfin d'acceder au résumé de 100 Bullets, tome 3 : Parlez Kung Vous, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de 100 Bullets, tome 3 : Parlez Kung VousAprès avoir changé d'éditeur, "100 Bullets" revient pour notre plus grand plaisir. Polar on ne peut plus sombre, cette série fait partie des meilleures publications en matière de comics ces derniers temps.

Telle une mécanique aux rouages bien huilés, l'histoire élaborée par Brian Azzarello se déroule de façon implacable. En guise de mise en bouche, nous retrouvons tout d'abord l'agent Graves dans son numéro habituel d'homme à la mallette. Au cours de ce récit, le scénariste ballade habilement le lecteur (la chute vous surprendra sans doutes) et enrichit son bestiaire d'un personnage supplémentaire qui sera tôt ou tard relié à l'intrigue principale.

Dans un second temps, l'action se délocalise en France où nous retrouvons une ancienne connaissance, Dizzie Cordova, qui semble avoir un rôle important à jouer par la suite. En fin stratège, Azzarello renforce encore plus notre curiosité avec les bribes d'informations qu'il nous livre sur les mystérieux protagonistes censés tirer les ficelles dans l'ombre, notamment lors des dernières vignettes de cet album. Las, ne soyez pas dupes, "100 Bullets" doit flirter avec les 80 épisodes outre-altlantique sans défaillir jusqu'à présent (pour mémoire, seuls les épisodes 11 à 14 nous sont ici comptés), les grandes révélations seront donc pour bien plus tard.

Graphiquement, le travail d’Eduardo Risso est des plus caractéristiques. Ses illustrations sont au final de grande qualité, même si à la base je ne suis pas un grand fan. Les personnages sont plus travaillés qu'il n'y paraît au premier regard (les expressions des visages sont bien rendues). En outre, le cadrage et la manière d'exploiter les zones de clair-obscur renforcent l'ambiance glauque de la narration.

Une fois que vous l'aurez lue, cette série trouvera sa place dans vos références en matière de comics et de polars.


Chronique rédigée par DR le 02/05/2007
 
 
Statistiques posteur :
  • 77 (96,25 %)
  • 3 (3,75 %)
  • Total : 80 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 10,64 10,64 10,64
Acheter d'occasion : 4,48
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.75
Dépôt légal : Janvier 2007

Avis des lecteurs

4 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics 100 Bullets, tome 3 : Parlez Kung Vous, lui attribuant une note moyenne de 3,75/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

13 5 2011
   

Avec ce troisième volet, Panini reprend la série au vol, pour notre plus grand plaisir.
Un volume qui se situe essentiellement à Paris et dans lequel on retrouve Dizzy Cordova, le personnage central du premier tome. Sa relation avec Branch amène un aspect psychologique au récit qui rompt avec les histoires de flingages à répétition. Le duo marche particulièrement bien et on va en apprendre pas mal sur l'existence des Minutemen et la logique de l'agent Graves.
Avec ses flashbacks intercalés, la narration devient un régal et on s'aperçoit que cette histoire recoupe une foule de personnages reliés par un fil qui nous échappe encore.
Côté dessin, c'est aussi un must. Le trait gras, les grands aplats de noir, la composition des planches, avec ses plongées et contre plongées : c'est vraiment du tout bon !

15 4 2010
   

La reprise par Panini de "100 Bullets" est évidemment le genre de nouvelle dont se réjouissent les bédéphiles restés sur leur faim après la chute de Semic. On retrouve ainsi avec plaisir les personnages créés par Brian Azzarello et Eduardo Risso dans ce troisième album au nom étrange "Parlez Kung Vous !".

Les deux parties sont sensiblement différentes. La première met en scène une serveuse d'âge mûr (dessinée toutefois de manière très sexy par Risso) qui va être contactée par l'agent Graves pour se voir remettre la fameuse mallette. Je n'en dis pas davantage pour ne rien dévoiler de l'intrigue mais on termine ce court récit en se disant que c'est très sombre...

La deuxième partie fait davantage progresser le fil rouge de la série, en apportant quelques éléments de réponse aux nombreuses questions que l'on se pose sur Graves. Je dis bien quelques réponses, car pour l'essentiel Brian Azzarello lève peu le mystère ! Le personnage du journaliste est assez intéressant en tout cas et on retrouve Dizzy Cordova, la jeune Latina des premiers épisodes de la série.

L'ensemble se lit encore une fois avec beaucoup de plaisir. "100 Bullets" est décidément une nouvelle référence dans le genre noir.

8 3 2010
   

Ah, il était temps que je poursuive cette excellente saga dont j’avais interrompu la lecture après les deux tomes publiés par Semic. Ce troisième tome est donc estampillé Panini et poursuit la saga la où Semic l’avait abandonnée.

Cet album, qui reprend les épisodes #11 à #14, débute par une histoire très courte où l’on retrouve à nouveau l’agent Graves distribuant une valise contenant une arme, 100 cartouches, le nom, l’adresse et les preuves qui accablent la personne qui a fait du tort au nouveau propriétaire de la mallette, mais surtout une garantie d’immunité pour le crime à commettre. La victime de Graves est cette fois Lily Roach, une serveuse dont l’histoire s’avère finalement très poignante.

L’histoire suivante est beaucoup plus intéressante pour la suite de la saga et démontre que l’auteur ne se contente pas de répéter cette même trame scénaristique consistant à distribuer des valises à des inconnus, mais qu’il développe également une intrigue de fond plus complexe. Ce récit qui permet de retrouver Dizzy Cordova, l’ex-taularde du premier tome, va non seulement nous emmener en France, mais surtout nous en apprendre plus sur l'organisation secrète dont fait partie l’agent Graves et sur les mystérieux “Minutemen”.

Les dialogues sont toujours aussi bons et le dessin de Risso ("Je suis un vampire") irréprochable!