46 095 Avis BD |19 967 Albums BD | 7 839 séries BD
Accueil
Tome 2 : Le marchand de glace
 

100 Bullets, tome 2 : Le marchand de glace

 
 

Résumé

100 Bullets, tome 2 : Le marchand de glaceAfin d'acceder au résumé de 100 Bullets, tome 2 : Le marchand de glace, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de 100 Bullets, tome 2 : Le marchand de glaceLa trame de ce second tome est identique au premier tome.

On retrouve à nouveau l’agent Graves distribuant aux victimes des valises contenants une arme, 100 cartouches, le nom, l’adresse et les preuves qui accablent ceux qui leur on fait du tort et surtout une garantie d’immunité pour le crime à commettre.

Mais les histoires sont plus recherchées que dans le premier tome de cette série dont le scénario fait penser aux "Enchaînés". On en apprend également plus sur l'agent Graves et lentement le voile se lève sur les mystérieux “Minutemen”.

Les dialogues sont toujours aussi bons et le dessin de Risso ("Je suis un vampire") irréprochable!

Excellent polar.


Chronique rédigée par yvan le 19/09/2005
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de yvanReflet de l'avatar de yvan
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 11,31 11,31 11,31
Acheter d'occasion : 1,99
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.50
Dépôt légal : Avril 2004

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics 100 Bullets, tome 2 : Le marchand de glace, lui attribuant une note moyenne de 3,50/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

12 5 2011
   

Après un premier tome qui pose, pardon, qui plombe l'ambiance, voici cette suite qui enfonce le clou, façon croque-mort qui scelle un cercueil. Parce qu’une fois de plus, le décor de la série confirme ses tons noirs et sa misère suintante.
"100 Bullets" est considérée comme la série qui a remis au goût du jour le comics hard boiled, tombé en désuétude suite aux succès des Super. Azzarello a su écrire une série d'épisodes, a priori indépendants, mais qui recoupent aussi une histoire de fond, ce qu'on commence à comprendre dans ce tome.
Le graphisme de Risso ("Fulù", "Point de rupture") y fait merveille : idéal pour mêler élégance et sauvagerie.
Graves, celui par qui la mallette qui tue ompunément arrive, sert des intérêts qui vont au delà de simples vengeances. Qui sont ces Minutemen, dont ce Cole, qui revient en circulation, après qu'une partie de sa mémoire lui soit revenue? Quel rôle joue Shepherd ?
Autant de questions qui surgissent, entre deux enterrements...

9 1 2009
   

Avec ce deuxième tome de "100 Bullets", Brian Azzarello et Eduardo Risso font progresser leur intrigue et achèvent de convaincre le lecteur déjà appâté par un premier tome prometteur.

On est toujours dans du polar noir, dur et plutôt desespéré. Ce ne sont pas forcément les gentils qui l'emportent dans le monde, comme l'avait montré une des histoires du premier album. Azzarello montre une jolie maîtrise scénaristique en multipliant les dialogues réussis dans une intrigue relativement complexe mais savamment menée. On se laisse porter par l'histoire et on en apprend un peu plus sur l'identité de Graves et de ceux qui l'entourent, ce qui comble les attentes qu'avait pu faire naître l'album précédent.

Eduardo Risso, auquel on doit "Je suis un vampire" (très bonne histoire qu'on recommande chaudement !), fait dans l'efficace sans se priver d'un trait sensuel lorsque le récit le permet. L'ensemble est vraiment bien fichu et sait montrer une personnalité qui le fait sortir du comic standard.

Polar bien mené, qui devrait satisfaire les amateurs et, pourquoi pas, convaincre ceux qui restent réfractaires aux comics (ils ne se limitent pas au genre super-héros, les gars !).