46 566 Avis BD |20 199 Albums BD | 7 889 séries BD
Accueil
Tome 17 : Dernières cartouches
 

100 Bullets, tome 17 : Dernières cartouches

 
 

Résumé

100 Bullets, tome 17 : Dernières cartouchesAfin d'acceder au résumé de 100 Bullets, tome 17 : Dernières cartouches, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de 100 Bullets, tome 17 : Dernières cartouchesVoilà, c'est dit dans le titre, le rideau ne va pas tarder à tomber sur la série aux 100 bastos et autant d'épisodes. Cela fait désormais un petit bail (non reconductible) que les grosses embrouilles ont gagné le Trust et les Minutemen.
Dernière piqure de rappel pour ceux qui sortent du coma et qui sont passés par hasard (et pas rasés) à côté de la série aux multiples Eisner. Le Trust, ce sont ces familles qui constituent un groupement d'intérêt économique fondé sur des activités illégales. Des très gros bonnets de la maffia, quoi. Et les Minutemen, ce sont les tueurs professionnels enrôlés par les familles du Trust et qui viennent jouer, non pas pas les juges de paix, mais les nettoyeurs de service si quelqu'un déconne. C'était le deal de départ mais tout est parti en sucette...

Avec cette idée qui semble très simple, Azzarello a construit une intrigue dense et à tiroirs. Chaque personnage est à sa place et épouse une trajectoire qui correspond parfaitement à sa personnalité, son caractère, ses ambitions et ses faiblesses. Un travail d'orfèvre, qui accouche donc logiquement d'un pur bijou du polar hardboiled. Les graphismes époustouflants de Risso, avec une colorisation de première, n'y sont pas non plus pour rien

Dans cet avant dernier volume, le scénariste se permet encore le luxe d'introduire encore un nouveau personnage : Pip', un môme du ghetto devenu dealer, dont vous devinerez aisément le sort... Enfin, l'album s'achève, comme bien souvent, par un terrible cliffhanger qui laisse peser un doute : qui de Dizzy ou Lono survivra à leur confrontation ?

La suite et fin pour bientôt, mais je me dis déjà qu'un de ces jours, il faudra bien que je me dote d'une belle mallette pour y mettre l'intégralité des épisodes, et que je déguste la série cul sec. Elle est tellement dense que pour en saisir tous les rouages, une relecture d'une traite s'imposera alors...


Chronique rédigée par Hellspawn le 30/11/2012
 
 
Avis de :Une excellente BD ! Note de l'album : 4,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de HellspawnReflet de l'avatar de Hellspawn
Statistiques posteur :
  • 446 (38,99 %)
  • 689 (60,23 %)
  • 9 (0,79 %)
  • Total : 1144 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : Clic ! Clic ! Clic !
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.00
Dépôt légal : Novembre 2012

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics 100 Bullets, tome 17 : Dernières cartouches, lui attribuant une note moyenne de 4,00/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

27 4 2013
   

L’avant-dernier tome de cette saga prévue en 100 épisodes contient les cartouches #89 à #94. À l’approche du dénouement de ce polar hardboiled, Brian Azzarello trouve encore quelques balles dans l’un des tiroirs de ce récit compartimenté avec grande maestria. Si cela fait déjà un petit temps que les membres du Trust retournent leurs vestes et que leurs Minutemen changent de camp tout en devenant de plus en plus incontrôlables, « Dernières cartouches » emmène progressivement le lecteur vers un final qui s’annonce explosif.

L’auteur bouge donc les dernières pièces sur le grand échiquier qu’il a imaginé, fait un peu de ménage, règles les derniers comptes et défait encore quelques alliances. Cole Burns rejoint la bande de Lono, Rémi se prépare à abattre une nouvelle cible, tandis que Slaughter compte définitivement mettre fin à la distribution des fameuses mallettes. Malgré ces derniers préparatifs souvent sanglants, tout semble converger vers la demeure de Augustus Medici, où Azzarello nous réserve un cliffhanger de format lors des retrouvailles entre Dizzy et Lono.

Brian Azzarello démontre donc une nouvelle fois sa capacité à gérer l’ambiance, ainsi que sa maîtrise de la narration. Et malgré une fin qui se rapproche à grands pas, il trouve encore le temps d’introduire un nouveau personnage : un jeune dealer nommé Pip’ qui reçoit comme mission de s’occuper d’un gamin portant un cartable rouge. Ce petit récit parallèle ne laissera pas le lecteur indifférent et contribue à entretenir l’atmosphère violente qui accompagne cette saga depuis le début.

Je pourrais également à nouveau vous parler du sens du découpage extraordinaire d’Eduardo Risso, de la symbiose parfaite entre le dessinateur et son scénariste ou même des splendides couvertures de Dave Johnson… mais je risque de me répéter.

Bref, « Dernières cartouches » n’est pas seulement l’avant-dernier volet de cette série, c’est surtout un excellent tome… comme tous les autres d’ailleurs.

Incontournable donc !