46 504 Avis BD |20 165 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Tirso, auteur de la série ''Le Manoir des murmures''

Interview : Tirso, auteur de la série ''Le Manoir des murmures''

 
 

Alors que Tirso s'apprête à terminer le troisième et dernier tome de la série "Le manoir des murmures", Chalybs a réalisé avec lui une passionnante interview-fleuve.

Bonne lecture !

 
 

Chalybs : Bonjour Tirso. Dans quelques semaines, sort le troisième album de la série « le manoir des murmures ». A cette occasion, je propose aux membres de CoinBD de faire plus ample connaissance.
Tu es né dans la ville de Pontevedra, au Nord-Ouest de l’Espagne, près de la côte Atlantique. Peux-tu nous en dire un peu plus sur toi et principalement ce qui t’a guidé pour devenir artiste et commencer à dessiner des BDs ?


Tirso : Bien sûr ! Comme tu l’as dit, je suis né à Pontevedra. C’est une petite ville historique d’environ 80000 habitants et la vie y était vraiment différente comparé à aujourd’hui à Madrid, mais ma passion pour la BD est apparue là bas.
Quand j’étais enfant, mes parents m’ont toujours poussé à lire des romans et des BDs aussi, comme Mortadelo ou Supers ComicsBooks car mon père a toujours essayé de me mettre des adaptations de la littérature classique ou des BD comme Tintin et Astérix entre les mains

J’ai donc grandi avec un oncle sculpteur (plutôt doué d’ailleurs !) et un père qui me montrait des livres et ouvrait mon esprit à l’art de raconter des histoires …Ma voie était donc toute tracée vers la BD et mon langage naturel sont les comics !

En grandissant, j’ai rencontré des personnes qui s’intéressaient aussi aux comics et cela m’a aidé à élargir mes connaissances en la matière. Mais en fait, en Espagne, les possibilités pour devenir professionnel dans la BD sont proches de…zéro ! Tous les signaux me poussaient donc à oublier cette voie.

De là, j’ai déménagé à Madrid afin d’entrer à l’université et trouver un travail. J’ai étudié la publicité et les relations publiques en vue de devenir directeur artistique dans la publicité…et c’est ce que j’ai fait pendant quelques années pour l’agence « Contrapunto BBDO ».
Puis en 2003, je suis allé à une convention Comics (un festival BD, mais en Espagne, il y a beaucoup plus de manga et de comics Américains). Ma passion s’est à nouveau mise à bouillir en moi et j’ai pris la décision de me donner l’opportunité d’essayer de réaliser mon rêve : travailler dans le monde du Comics.
Après plusieurs années loin des crayons j’ai recommencé à dessiner, essayant de retrouver ma voie.
J’avais un emploi qui me permettait d’aborder des sujets intéressants dans la publicité mais finalement une opportunité s’est présentée et j’ai pu réaliser ma première BD : L’œil du diable.
Le reste…c’est de l’histoire ^_^
Je vis mon rêve.


Chalybs : Ainsi, si je comprends bien, il semble que tu n’as jamais quitté l’Espagne et que tu vis toujours en Espagne. Pourtant, je crois avoir lu sur un site web que tu as réalisé une partie de tes études en France ? C’est vrai ? Du coup, parles tu français ? (i.e. l’interview a été réalisée en Anglais)


Tirso : Vraiment ? Je dois le lire ! Peut-être ai-je un clone ! (effrayant)
Même si j’ai beaucoup voyagé en France je n’ai jamais quitté l’Espagne pour mes études ou pour y vivre. Ma première fois fut en train (interrail) quand j’avais 17 ans. C’est un pays que j’adore et c’est terrible, mais je parle vraiment mal le français…

Quand j’ai commencé à vouloir travailler sur certains projets avec des éditeurs français, je me suis déplacé quelques fois sur des festivals en France tels qu’Angoulême afin de les rencontrer…mais ce n’est pas le bon endroit pour faire ce genre d’approche. Les éditeurs sont généralement trop occupés pendant les festivals !


Chalybs : David Munoz est le scénariste de la série « le manoir des murmures ». Cela semble incroyable. Peux-tu nous dire comment tu l’as rencontré ? Comment avez-vous décidé de travailler ensemble ? (pour rappel, David Munoz est le co-scénariste avec Guillermo Del Toro du film « l’échine du diable »)


Tirso : David est un gars génial. Nous nous sommes rencontrés lors d’un petit festival espagnol en 2006. Lors d’un repas nous avons pu discuter plus longuement et commencer une belle relation amicale. J’aime vraiment son travail et son univers…mais en fait ce qui a rendu notre relation facile c’est un vrai bon feeling entre nous deux.
Je suis fan de l’échine du diable et tout en parlant des symboles de son univers, l’utilisation d’enfants et d’autres choses supplémentaires, nous avons décidé de créer quelque chose ensemble.
A ce moment, je travaillais sur le tome 4 de la série « Marshall » pour les Humanoïdes et ma relation avec Philippe Hauri (le premier éditeur du manoir) était excellente (en fait, est toujours excellente) et je lui ai proposé de travailler sur une nouvelle série pour les humanoïdes. Aussi, pendant que je terminais la série « Marshall », David m’a envoyé quelques scripts qui se sont transformés en « le manoir des murmures ». Cela s’est fait rapidement et facilement. Le projet était excitant pour toute l’équipe éditoriale et tout le monde a fait de son mieux afin de concrétiser le projet.

Voilà, nous entretenons une grande amitié avec David et nous envisageons d’autres projets communs, même si rien n’est confirmé car nous devons avant tout finir ce dernier album !


Chalybs : Lorsque j’ai lu le pitch de « l’échine du diable » (« El espinazo del diablo ») j’ai trouvé qu’il y avait quelques similitudes avec le début du « manoir ». Tu dis que tu es fan de l’échine du diable et que les enfants et d’autres choses t’ont aidé à te décider sur la réalisation du manoir. As-tu basé, avec David, ton histoire consciemment sur le début de l’échine du diable ou finalement est-ce une pure coïncidence ?


Tirso : En fait, les deux histoires sont vraiment différentes, à la fois dans leur idée de base et dans leur développement. Les seules coïncidences sont les bâtiments et les enfants. Cela s’explique facilement car nous avions besoin de placer les enfants dans une situation de solitude, mais pas complètement oubliés…c’est tout.
En fait, pour moi, Le Manoir est très « métaphorique ». Il essaie de déclencher d’autres sentiments et d’autres idées chez le lecteur.


Chalybs : Je rebondis sur la question précédente. Qui a écrit l’histoire ? As-tu participé à l’écriture du script initial ? As-tu eu ton mot à dire concernant les idées de David ? As-tu toujours ton mot à dire ?


Tirso : David est le scénariste.
Il est vrai que nous avons beaucoup discuté des diverses idées depuis le début de la réflexion jusqu’à la rédaction du script. David est un très bon collaborateur car il est très ouvert et est à l’écoute de toutes les suggestions. Il n’est pas du tout egocentrique et travailler avec lui est vraiment facile. Ainsi, il demande toujours notre avis sur la manière dont le scénario évolue, mais je le laisse toujours avoir le dernier mot.

Nous nous faisons réellement confiance. Ce que j’apprécie chez lui depuis le début c’est sa manière naturelle de travailler en équipe.


Chalybs : Plus généralement, comment travailles-tu avec David ? Vous rencontrez vous souvent ou travaillez vous principalement par téléphone et e-mail ?


Tirso : David est quelqu’un de très occupé. En Espagne, il travaille beaucoup pour la télé et le cinéma. Du coup, ces derniers temps comme le travail est pratiquement terminé, nous travaillons principalement par téléphone ou par mail. Mais pendant la phase de création, nous nous sommes rencontrés régulièrement afin de discuter. C’était assez facile car nous habitons tous deux à Madrid.
David m’envoyait ce qu’il écrivait puis nous nous rencontrions afin d’en débattre et prendre des notes. Puis nous recommencions…

C’était très agréable de travailler ainsi. J’apprends toujours énormément avec lui.


Chalybs : David est le scénariste de la série, mais en revanche, te donne-t-il des idées, des conseils, des obligations concernant tes dessins ? Tant pour le design de tes personnages que pour les décors ? A-t-il son mot à dire sur ton travail ?


Tirso : Comme pour le scénario, nous ne limitons jamais la créativité de l’autre. De toute façon, quand tu est suffisamment proche de l’autre lors du développement d’un projet, tu comprends mieux ce que l’autre attend…ou pas, mais ce fut le cas chez nous et c’est pourquoi nous travaillons si bien ensemble.
J’entretiens la même relation avec Javi (Montes). Nous essayons de travailler comme si nous n’étions qu’un. J’aime essayer de travailler comme un groupe de jazz. Chacun est relax et libre avec son instrument, mais chacun joue toujours en rythme avec le groupe.

Concernant les personnages, David est influencé par le cinéma. Aussi, ses descriptions sont beaucoup plus reliées aux motivations et à la psychologie de ses personnages. J’essaie juste de retranscrire cela dans mon design. David aime que je le surprenne et il est tellement content depuis le départ qu’il a diminué la quantité de ses notes.

C’est le même travaille pour les décors et les paysages. Il m’a dit une fois qu’il pense toujours « petit » car dans le cinéma vous êtes conditionnés par les budgets. Il a été surpris par mes dessins car pour lui cela ressemble à un blockbuster ! Et il adore ça !

En tant qu’artiste, ce soutien et cet enthousiasme de sa part sont l’un des plus beaux compliments que j’ai pu recevoir de la part d’un collaborateur.


Chalybs : Comment crées-tu tes personnages habituellement ? Comment imagines-tu les scènes, les paysages ? Qui décide du story-board, de la mise en page et du découpage ?


Tirso : Afin de créer les personnages, j’essaie généralement de les imaginer en fonction de la description, de l’âge, du style, de la manière dont ils parlent, etc...et je réalise beaucoup d’esquisses, de croquis dans mes carnets. C’est étrange de rechercher des références parmi les acteurs ou des modèles existants. Parfois, je m’inspire d’amis ou de choses comme ça, mais c’est rare. J’aime les construire à partir d’une feuille vierge. Et tracer les lignes.
Le seul personnage particulier est Simon. J’ai essayé de retranscrire sa nature véritable sur son visage dès le départ, même si ce n’est pas naturel ou si ce n’est pas la manière habituelle de réaliser un visage.
Pour les décors, cela dépend s’il s’agit d’un endroit réel ou non. Généralement, je réalise beaucoup de croquis en m’inspirant de bâtiments ou d’agencements que j’aime, de photos, d’espace naturels que j’aime, ou quoique ce soit…tout est une référence. Ce qui est important est de bien les utiliser afin de créer des environnements originaux.
Pour moi, l’organisation des éléments dans l’image est beaucoup plus importante que ce qui est montré dans la case. Aussi, j’aime créer mes backgrounds en fonction des besoins de la narration et non simplement afin de créer un décor qui cacherait les espaces blancs du papier.

Concernant le story-board et les autres étapes, David réalise un script technique. Il met en place sa narration, son agencement dans un certain nombre de cases et tout ce qu’il a besoin de montrer dans son histoire. La plupart du temps il réalise ce story-board car il en a besoin afin de suivre son propre script. C’est important afin d’avoir un retour visuel de son propre travail !
J’en ai aussi besoin lorsque je réalise mes propres scripts.
Ensuite, je lis son story-board et cela se transforme en un tourbillon d’idées. Si j’ai besoin d’en reparler à David, je le fais ( si j’ai une idée qui pourrait changer la manière de raconter quelque chose) et je commence le story-board. En fait, le story-board n’est qu’une étape pour moi car personne d’autre que moi ne peut comprendre mes story-boards aussi bien que moi !

Ensuite, comme je l’ai déjà dit, j’aime surprendre David ! Il aime cela aussi.

C’est difficile d’expliquer notre manière de travailler en Anglais. C’est déjà difficile en espagnol, vous pouvez imaginer….hehehe.


Chalybs : Dans “le manoir des murmures”, y-a-t-il un personnage que tu préfères, un personnage que tu aimes vraiment dessiner ? As-tu un personnage que tu n’aimes vraiment pas dessiner et pour lequel tu dois fournir un gros effort afin de terminer le dessin ?


Tirso : Oui, j’adore Simon. J’aime le dessiner…et j’aime Demian quand je dois le dessiner en mouvement. S’il y a un personnage que je n’aime pas ? En fait, oui. Il y en a même quelques un…mais ce n’est pas en rapport avec le dessin. C’est juste que je n’aime pas leur caractère, leur motivation, leur manière de penser…Mais c’est nécessaire…
Je pense que David a réalisé un superbe travail concernant les personnages. Chacun a sa propre vie. Ils sont normaux. Ils sont tellement humains, tellement communs. Et cela permet d’obtenir des réactions comme dans la vie réelle.


Chalybs : Dans les deux premiers albums (et j’espère aussi dans le 3ème album !) nous rencontrons de nombreux personnages sortant de l’ordinaire. D’où tires-tu ton inspiration afin de les représenter ? Où trouves tu tes idées ?


Tirso : Et bien, des différents folklores qui sont si riches ! On doit simplement rechercher l’origine et combiner tous les éléments correctement…Mais gardons la surprise pour les différents albums ! eheheh.


Chalybs : Tu as dit que tu essaies d’imaginer les décors et les paysages afin de surprendre David. Une autre grande réussite de cette série se trouve dans l’ambiance mystérieuse qui transpire de chaque page et chaque case. Comment t’y prends-tu pour travailler cet aspect là ? Etait-ce l’une des grandes exigences de la série ?


Tirso : Merci ! En fait il n’y a aucune contrainte dans tout le procédé de création de la série. Tout ce qui est montré découle naturellement de l’histoire ou de nos mains. Nous essayons de donner aux albums le genre d’ambiance qui colle à l’histoire. Nous utilisons des techniques de dessins et de mise en couleur qui aident à la lecture et à se plonger dans l’ambiance, même si leur utilisation n’est pas toujours naturelle ou réaliste. Je dois avouer que je suis très impulsif lorsque je fais du design ou que je dessine. J’essaie de me propulser au cœur de la scène et ensuite j’essaie de trouver le meilleur point de vue afin de « vivre » cette scène.
Ainsi dans le manoir des murmures, nous avons plusieurs enfants confrontés à divers mystères. Ils doivent tout ressentir comme mystérieux… ils doivent apprendre à chaque moment afin de survivre dans cet univers et être forts (parfois plus forts que des adultes) afin d’avancer. J’essaie juste d’avoir de l’empathie avec eux.


Chalybs : Qui réalise la mise en couleur dans la série ?


Tirso : Mon grand ami et talentueux artiste : Javi Montes (aider par son amie Silvia) est mon coloriste habituel.


Chalybs : Comment vous êtes rencontrés ? Comment travaillez vous ensemble ? Habite-t-il aussi à Madrid ?


Tirso : C’est assez amusant car j’ai contacté Javi par mail après avoir découvert son travail sur internet. Il est aussi originaire de Galice. Ainsi, pendant mes vacances d’été alors que je rends habituellement visite à ma famille, nous nous sommes donné rendez vous lors d’un festival à La Coruña et c’est ainsi qu’a débuté notre grande amitié qui dure toujours aujourd’hui. Nous travaillons facilement depuis le début car nous avons des goûts similaires et une vision très proche de l’art. De ce fait, quoi que nous fassions, nous n’avons pas besoin de passer beaucoup de temps en explications. Nous travaillons habituellement par téléphone, skype ou par mail.


Chalybs : Toi-même, réalises tu parfois la mise en couleur de tes propres dessins ?


Tirso : Parfois, mais je ne les montre jamais ! Pour les couvertures et ce genre de choses, je réalise toujours les essais en couleurs directes afin de trouver la bonne composition et les couleurs clefs que je veux pour la réalisation.
Peut-être qu’un jour…
Mais aujourd’hui, la mise en couleur me prend trop de temps et j’ai un bon coloriste…alors…


Chalybs : Quels logiciels et outils utilises-tu ?


Tirso : J’utilise généralement Photoshop, mais je commence parfois la mise en couleur avec de « l’encre à l’eau » ou des crayons.
Pour dessiner cela dépend du projet et de ce que je veux faire. Dans tous les cas, je n’utilise que des outils traditionnels : pinceaux, crayons, encre…
J’aime le papier !


Chalybs : Préfères-tu la peinture traditionnelle ou assistée par ordinateur ? Personnellement, généralement, je n’aime pas la peinture assistée par ordinateur. Les couleurs ont souvent un rendu non naturel, trop plat et manquant de vie… (mon opinion !!!)


Tirso : Et bien, je ne suis pas d’accord. L’ordinateur est un outil. Ce que tu fais d’un outil dépend de ton talent. J’ai trouvé de nombreux artistes qui réalisent des couleurs incroyables avec un ordinateur et d’autres avec la peinture traditionnelle. Pour le meilleur et pour le pire, un outil n’est rien d’autre qu’un outil !


Chalybs : Le scénario original est écrit en espagnol j’imagine. Comment gérez-vous la traduction ? Comment est choisi le traducteur et comment pouvez-vous vérifier, David et toi, que la traduction respecte le travail initial ?


Tirso : Ceci est très simple car c’est mon ami et scénariste Mathieu Mariolle qui réalise la traduction (il a étudié et travaillé dessus, même si maintenant il se concentre sur son travail de scénariste) alors, j’ai confiance en son travail d’adaptation et bien sur j’ai confiance dans le travail de suivi effectué par les éditeurs, Philippe qui a commencé et Camille maintenant.

Au début du projet, Philippe (qui travaillait toujours pour les humanos) et David ont beaucoup discuté en Anglais de tous les points de détails de l’histoire. Ils ont tous les deux une grande maitrise de l’Anglais…ça aide.

Je dois remercier Mathieu pour son travail, son amitié et sa patience.


Chalybs : Afin de mieux te connaitre voici une série de questions simples et rapides.
Peux-tu nous indiquer quels sont tes goûts en matière de bandes dessinées/manga/comics ?


Tirso : J’aime beaucoup de choses et de styles différents. Par exemple, j’aime beaucoup Otomo et Akira Toriyama car ce furent mes premières lectures en Manga à l’âge où j’ai commencé à beaucoup dessiner. Mais mes premières BDs quand j’étais enfants furent Astérix, Tintin et d’autres adaptations classiques. Et je les aime toujours ! De toute façon, il y a des livres pour chaque instant, pour chaque moment de notre vie. Des livres qui ont été impressionnants à une époque de notre vie mais que nous n’apprécions plus forcément aujourd’hui.
Quoi qu’il en soit, j’aime Mike Mignola comme artiste en général, mais ma série préférée de son univers est BPRD, qu’il n’a pas dessiné.
J’ai adoré “The dark knight returns” et “Born again”.
Blueberry, Bouncer. Et pas parce qu’il s’agit de Westerns. Le travail de Giraud et de Boucq est incroyable et j’apprécie vraiment leur lecture.
J’aime beaucoup le Marquis de Anaon. Mathieu et Fabien sont vraiment talentueux…et jeunes ! Tout leur travail est incroyable.
Je suis fan de Denis Bodart. Green Manor est incroyable !
J’aime plein de choses. J’adore le travail de Peeters, Koma ou RG…
J’adore Walking Dead ! Ou le travail de Lauffray ! Et les histoires de Durison et Nury qui sont deux auteurs fantastiques, et des gars vraiment sympas !
Pour résumer ce que j’aime, on pourrait dire les bonnes histoires, bien racontées, bien dessinées (ce qui ne signifie pas que j’ai besoin d’un dessin réaliste ou d’un style académique) et bien éditées. En fait dans cet ordre, je me moque d’où ça vient.


Chalybs : Que lis-tu actuellement ?


Tirso : Je lis beaucoup de choses ! Mais du fait que je suis extrêmement occupé je n’arrive pas à tout suivre. J’ai besoin d’acheter tout ce que j’aimerais pouvoir lire, du coup, je commence beaucoup de séries !
Je vais essayer de les lister, mais je vais surement en oublier (je regarde la pile de livre, ici dans mon bureau de travail…)
Jazz Maynard, Ken Games, L’Ile sans sourire, Carthago, Bouncer, Pluto, Walking Dead, Mice Templar (Oeming), Moon’s game (Munuera) , West, Criminal (Brubaker), Long John Silver, Koma, Les combat ordinaires, L’Écorché (Pellejero)…


Chalybs : Quels sont tes auteurs préférés ? Scénaristes, dessinateurs, coloristes ?


Tirso : Comme je viens de le dire, ils sont nombreux !
Artistes: Otomo, Guiraud, Boucq, Mignola, Andreas, Bonhomme, Lauffray, Franquin, Guarnido, Pellejero, Sale, Prado, Loisel, Bodart… Difficile de citer tout le monde !
Il y a beaucoup de collègues que j’apprécie vraiment comme Toledano, Roger, Munuera, Fernandez et un grand Et Caetera…


Coloristes: la plupart d’entre eux sont de grands artistes complets…Comme mon ami Javi Montes, mais il y en a plusieurs que j’adore comme Javi, Martin ou encore Gerard…

Scénaristes : J’apprécie vraiment les histories de David Muñoz, mais aussi, Nury, Dorison, Velhman, Urosawa, Brubaker et plus récemment une surprise pour de nombreuses personnes mais pas pour moi, le nouvel arrivant Jose Robledo… En fait il est difficile de séparer un bon scénariste d’un bon travail d’équipe. La majorité d’entre eux travail ensemble.


Chalybs : Avec qui aimerais-tu avoir l’opportunité de travailler ?


Tirso : C’est une question vraiment difficile …et bien…pas tant de personnes que ça en fait, mais c’est un choix difficile ! Car pour un artiste ce choix est généralement suivi par une longue période de travail…qui vous garde éloignée de toute autre collaboration. Pour nous c’est un vrai marathon.

J’aimerai vraiment travailler avec Fabien Nury. Difficile…mais qui sait ?!
J’aimerai aussi travailler avec Velhman ou Dorison. En fait j’ai déjà eu des contacts avec eux…Malheureusement nos emploi du temps étaient incompatibles.

Une autre personne serait Robledo…mais cela semble impossible actuellement.
En réalité, il y a beaucoup de personnes avec qui j’aimerais pouvoir travailler, mais le temps est limité…et ce n’est pas possible de travailler avec tout le monde. Souvent c’est plus le fait d’être au bon endroit au bon moment.
De toute façon, j’ai déjà prévu de continuer à travailler avec David. Nous avons d’autres idées de projets. J’ai aussi quelques histoires personnelles en attente que j’aimerais pouvoir développer car depuis que je suis entré sur le marché français, j’ai été obligé de mettre de coté mon travail de scénariste !


Chalybs : D’après tes réponses, je n’ai pas l’impression que tu aies un contact concret avec quelqu’un d’autre pour un nouveau projet, que tu te sois décidé.
As-tu un autre projet en dehors du manoir ? Ce 3ème album devrait être le dernier de la série. Qu’as-tu prévu de faire une fois que cette série sera terminée ?


Tirso : J’ai beaucoup de projets, mais rien de concrétisé. J’ai un « travail rapide » après le manoir qui va m’occuper quelques temps. J’en profiterai pour faire le point, faire un planning de mes prochains projets et décider lequel sera le premier, etc…
Comme je te l’ai dit, je suis chanceux car j’ai de nombreuses propositions et pas assez de temps pour tout réaliser…Je dois donc tout organiser et décider de ce que je ferai en premier.
Ce qui est certain, c’est que j’ai un projet en tête qui se déroule au temps des pirates et que je vais vraiment essayer de réaliser. J’ai la trame principale écrite depuis longtemps (au moins 2 ans…) et j’ai une vraie envie de la développer et de la publier.

Alors…On verra dans quelques mois !


Chalybs : Aujourd’hui, que penses tu de tes premières réalisations ? Par exemple, dans ton one-shot « l’œil du diable », y a-t-il certaines choses que tu aimerais modifier ? Si tu devais le refaire aujourd’hui, modifierais tu certaines choses ?


Tirso : Et bien, évidemment. Je pense que l’on ne s’arrête jamais d’apprendre, mais je n’ai pas pour habitude d’y penser. Tout ce que nous avons fait a contribué à faire ce que nous sommes et à grandir. Cela ne s’arrête jamais.
Le seul point auquel je pense est : est-ce que j’ai fait du mieux que j’ai pu pour ce travail ? Et je vais essayer de répondre OUI tout au long de ma vie.
Quoiqu’il en soit, je suis fier de ce que j’ai fait pour l’œil du diable...


Chalybs : Le marché de la BD en France est extrêmement ouvert. Qu’en est-il en Espagne ? Avez-vous aussi beaucoup d’artistes qui travaillent dans ce métier ?


Tirso : Ceux sont deux questions bien distinctes. La situation en Espagne s’améliore. Nous avons de nombreuses publications, de nombreux titres, mais des ventes pas vraiment à la hauteur. En fait, il y a de nombreux ouvrages qui n’atteignent même pas les 1000 exemplaires vendus. C’est pourquoi il est impossible de considérer cela comme un métier si l’on se cantonne à ce seul marché.

Ensuite, nous devons regarder afin de trouver des déboucher en dehors de l’Espagne. Le marché Américain, le marché Français…
Pour nous, c’est naturel puisque nous lisons des BDs et comics qui viennent de l’étranger ! Nous avons grandi avec Tintin, Astérix ou Spiderman…C’est logique d’aller sur ces marchés ! Ce sont nos références !

Quoiqu’il en soit, je pense qu’il y a de nombreux brillants artistes en Espagne. Quelques uns professionnels et les autres non…mais toujours très doués.


Chalybs : Tu habites en Espagne, ce n’est pas facile pour les lecteurs de te rencontrer ! Pourtant aujourd’hui il existe d’autres moyens comme internet pour communiquer.
Penses-tu que les réseaux sociaux (FaceBook, Twitter…) sont intéressants pour les auteurs tels que toi afin de se créer des réseaux avec des collègues, des fans, des éditeurs ou magasins de BDs ?


Tirso : Et bien, je ne sais pas car j’ai créé mon Face Book pour voir à quoi ça ressemblait et maintenant je l’utilise par habitude.
De toute façon, je l’ai pour des contacts personnels, même si certains sont des auteurs, des magasins…et quelques fans qui sont devenus des amis. Mais ce n’est pas un outil pour moi…
C’est juste amusant et un moyen de rester en contact avec des gens que nous ne pourrions normalement pas voir.
Dans mon travail, parfois je l’utilise comme un outil afin de me déstresser ! Je travaille seul et majoritairement à la maison pendant de longues heures. Cela fait du bien d’avoir des contacts avec certaines personnes, de faire une pause et de parler…parce que ce n’est pas facile d’arrêter de travailler et de sortir…On perd rapidement beaucoup de temps alors que nous n’en avons pas assez !


Chalybs : Combien de temps passes-tu par semaine sur les réseaux sociaux ?


Tirso : Je ne sais pas. Je me mets sur mon PC pendant mes pauses, pendant que je travaille ou pendant la pause café…Mais j’y passe surement trop de temps !... :)


Chalybs : Disposes-tu d’une page sur les réseaux sociaux ? As-tu un blog ? Comment pouvons-nous virtuellement te rencontrer ? Peux-tu nous donner quelques adresses afin de te retrouver et en apprendre plus sur toi ?


Tirso : Oui, j’ai un blog: http://tirsocons.blogspot.com que j’essaie d’alimenter régulièrement…C’est l’une de mes bonnes résolutions de l’année 2010 !


Chalybs : Aurons-nous la chance de pouvoir te rencontrer bientôt en France ? As-tu déjà prévu un voyage et la participation à certains festivals ?


Tirso : Oui ! Peut-être courant septembre j’organiserai un tour de France afin de signer ce troisième livre. Mais je n’en suis pas sûr, car en septembre mon second enfant devrait naître ! Du coup, ça risque d’être difficile.

De toute façon, j’espère pouvoir souvent visiter la France et la Belgique cette année et l’année prochaine. J’adore rencontrer les gens et je serai heureux de pouvoir parler avec tout ceux qui viendront faire dédicacer leur exemplaire !

Alors à bientôt !


Chalybs : Tirso, ça a été un grand plaisir de pouvoir réaliser cette interview.
Merci beaucoup pour sa gentillesse et ta disponibilité !
Je te souhaite tout le succès mérité pour ton travail.

 

Interview réalisée par Chalybs le 02/07/2010