46 600 Avis BD |20 216 Albums BD | 7 891 séries BD
Accueil
***SPOILER*** Interrogations sur la fin de Monster
Découvrez la série BD Monster
Ce sujet concerne la série BD :
Monster
 
 

***SPOILER*** Interrogations sur la fin de Monster

 
 
Le 13/02/2007 à 20:47:49 :
 
Smiley des études de psycho ? euh, non pas vraiment ! Smiley juste littéraires... Smiley
 
 
Le 11/02/2007 à 19:16:02 :
 
Foedora a écrit :

Dernier volume plié : Smiley je ne sais pas comment j'ai fait pour attendre si longtemps pour achever la lecture de cette série !

Selon mon interprétation personnelle, Johann n'a jamais accepté le fait qu'il n'est pas été choisi par sa mère pour être confier Bonaparta. A mon sens, c'est là véritablement l'évènement déclencheur de la naissance du monstre.
Johann a très certainement associé ce geste à un manque de confiance de la part de sa mère envers ses propres capacités. Pour nous lecteurs, il est évident que l'enfant qui reste à ses côtés est celui qui sera censé être protégé de la folie de ces hommes, mais qu'en est-il dans l'esprit de l'enfant : et si celui qui partait était le priviligié ? et si l'expérience en faisait un être extraordinaire ?
Dans cette optique, l'on peut aisément imaginer que Johann, peu confiant de lui puisque se sentant rejeté car non choisi, aura tout fait pour s'approprier le vécu de sa soeur.

Par ailleurs, l'expérience ne se limite pas au jeu de massacre avec Anna pour témoin, Bonaparta aura pris le soin de confier un lot de consolation à celui qui reste un livre, le fameux "monstre sans nom". Ainsi, tandis que Anna partait vers la Villa des Roses, Johann s'imprègnait de son livre, allant jusqu'à s'identifier au monstre, s'en sentant très proche puisque lui aussi à la recherche de sa propre identité : n'oublions pas que les enfants étaient jumeaux, et qui plus est habillés à l'identique, allant jusqu'à la confusion du sexe de Johann puisqu'il était habillé en petite fille ! Par consèquent l'expérience se jouait sur deux fronts : le traumatisme visuel d'un côté et le questionnement de l'autre.

Au moment du retour de Anna, Johann s'est totalement approprié l'histoire du monstre. Lui aussi souhaite rentrer dans la peau de son jumeau : il lui fait répéter encore et encore la scène que sa soeur a vécu, jusqu'à finir par être persuadé que ce sont ses propres souvenirs et jusqu'à ce qu'Anna en oublie en avoir été le propre témoin. Cela lui permet d'oublier qu'il n'a pas été sélectionné, et toutes les conséquences qui découlait de ce non-choix...

Lors du meurtre des deux paysans, Johann cherche à mon sens à prouver qu'il est capable de cette violence qui lui a été interdite. En égorgeant le couple, il donne corps une dernière fois à son intime conviction : il aurait dû être choisi pour l'expérience. Le passage à l'acte lui permet d'assimiler des images atrôces, tel qu'a pu en observer sa soeur. Désormais, il sait ce qu'est la vue du sang, son esprit peut totalement assimiler les souvenirs racontés, jusqu'à les visualiser concrètement dans les moindres détails : son subconscient peut donc totalement les assimiler et se les approprier de manière définitive. Johann est dans ce que l'on nomme le déni, au point le plus ultime. Après viendra le 511, qui affirmera définitivement le processus d'imprégation à la violence... Ces éléments expliquent également pourquoi, dans les premiers volumes, Johann recherche si activement sa soeur : l'un des deux jumeaux doit disparaître, tout comme l'un des deux monstres...

Tout ceci permet de comprendre complètement la réaction de Johann lorsqu'il se retrouve devant le fameux "Monstre sans nom" à la bibliothèque, ainsi que la fin de sa quête pour retrouver sa soeur. En redécouvrant ce livre, c'est toute sa mémoire réelle que Johan vient de recouvrer : il n'est donc pas le réel monstre, il n'a pas été choisi pour le devenir. D'où sa volonté d'en finir : "que le véritable monstre le mange !" voici pourquoi il demande à sa soeur de tirer. Pour Johann, le véritable monstre n'est autre que Anna/Nina.

Bon en même temps, ce n'est qu'interprétation... Smiley mais, bon, en mon sens , ça semble être cohérent ! Smiley Non ?


Je n'avais pas tout à fait vu les choses comme ça, mais à mon avis tu dois être très près de la bonne interprétation qui devrait être faite de "Monster"... Mais c'est magistral, comme démonstration. Rappelle-moi : tu as fait des études de psychologie, non ? Smiley
 
 
Le 04/02/2007 à 15:22:40 :
 
Dernier volume plié : Smiley je ne sais pas comment j'ai fait pour attendre si longtemps pour achever la lecture de cette série !

Selon mon interprétation personnelle, Johann n'a jamais accepté le fait qu'il n'est pas été choisi par sa mère pour être confier Bonaparta. A mon sens, c'est là véritablement l'évènement déclencheur de la naissance du monstre.
Johann a très certainement associé ce geste à un manque de confiance de la part de sa mère envers ses propres capacités. Pour nous lecteurs, il est évident que l'enfant qui reste à ses côtés est celui qui sera censé être protégé de la folie de ces hommes, mais qu'en est-il dans l'esprit de l'enfant : et si celui qui partait était le priviligié ? et si l'expérience en faisait un être extraordinaire ?
Dans cette optique, l'on peut aisément imaginer que Johann, peu confiant de lui puisque se sentant rejeté car non choisi, aura tout fait pour s'approprier le vécu de sa soeur.

Par ailleurs, l'expérience ne se limite pas au jeu de massacre avec Anna pour témoin, Bonaparta aura pris le soin de confier un lot de consolation à celui qui reste un livre, le fameux "monstre sans nom". Ainsi, tandis que Anna partait vers la Villa des Roses, Johann s'imprègnait de son livre, allant jusqu'à s'identifier au monstre, s'en sentant très proche puisque lui aussi à la recherche de sa propre identité : n'oublions pas que les enfants étaient jumeaux, et qui plus est habillés à l'identique, allant jusqu'à la confusion du sexe de Johann puisqu'il était habillé en petite fille ! Par consèquent l'expérience se jouait sur deux fronts : le traumatisme visuel d'un côté et le questionnement de l'autre.

Au moment du retour de Anna, Johann s'est totalement approprié l'histoire du monstre. Lui aussi souhaite rentrer dans la peau de son jumeau : il lui fait répéter encore et encore la scène que sa soeur a vécu, jusqu'à finir par être persuadé que ce sont ses propres souvenirs et jusqu'à ce qu'Anna en oublie en avoir été le propre témoin. Cela lui permet d'oublier qu'il n'a pas été sélectionné, et toutes les conséquences qui découlait de ce non-choix...

Lors du meurtre des deux paysans, Johann cherche à mon sens à prouver qu'il est capable de cette violence qui lui a été interdite. En égorgeant le couple, il donne corps une dernière fois à son intime conviction : il aurait dû être choisi pour l'expérience. Le passage à l'acte lui permet d'assimiler des images atrôces, tel qu'a pu en observer sa soeur. Désormais, il sait ce qu'est la vue du sang, son esprit peut totalement assimiler les souvenirs racontés, jusqu'à les visualiser concrètement dans les moindres détails : son subconscient peut donc totalement les assimiler et se les approprier de manière définitive. Johann est dans ce que l'on nomme le déni, au point le plus ultime. Après viendra le 511, qui affirmera définitivement le processus d'imprégation à la violence... Ces éléments expliquent également pourquoi, dans les premiers volumes, Johann recherche si activement sa soeur : l'un des deux jumeaux doit disparaître, tout comme l'un des deux monstres...

Tout ceci permet de comprendre complètement la réaction de Johann lorsqu'il se retrouve devant le fameux "Monstre sans nom" à la bibliothèque, ainsi que la fin de sa quête pour retrouver sa soeur. En redécouvrant ce livre, c'est toute sa mémoire réelle que Johan vient de recouvrer : il n'est donc pas le réel monstre, il n'a pas été choisi pour le devenir. D'où sa volonté d'en finir : "que le véritable monstre le mange !" voici pourquoi il demande à sa soeur de tirer. Pour Johann, le véritable monstre n'est autre que Anna/Nina.

Bon en même temps, ce n'est qu'interprétation... Smiley mais, bon, en mon sens , ça semble être cohérent ! Smiley Non ?
 
 
Le 31/01/2006 à 10:22:19 :
 
Ouais !!!!!!!!... Je peux enfin lire ce sujet !

Et en fait, j'ai adoré la série, mais comme tout le monde, je suis un peu perdu.

Ce que tu dis Piehr, sur les paysans, c'est clair que c'est bizarre. Mais aussi, Johann a perdu un peu la tête après ce que Nina lui ait raconté le massacre de la Villa des roses (qui reste aussi un mystère).

Mais c'est vrai que j'avais pas percuté pourquoi Johann avait le livre "un monstre sans nom" dans les mains... Il participait aux lectures ?

Toujours est-il qu'à toutes ces interrogations, je réponds par quelque chose d'un peu mystique. Bien qu'il ait été conditionné pour être un monstre, Johann doit avoir une part de diable en lui qui lui est inné... C'est quand même le seul à péter complètement un câble (en comparaison à Grimmer, Lipsky le marionnetttiste, Robert, etc.) et à avoir un contrôle mentale des personnes (la façon dont il convainc les enfants de se suicider...).

Pour s'en convaincre, regardons la scène de fin : la tueurie du village de Ruhenheim.

La façon dont tout s'enchaîne, le billet de loterie gagnant (c'est quand même du bol), c'est comme ci tout était contrôlé par le destin, par une force mystique, par le diable, bref par Johann... Je ne pense donc pas que le comportement de Johann puisse s'expliquer par des faits rationnels... A la base, c'est déjà un peu le diable. Smiley
 
 
Le 26/01/2006 à 16:50:24 :
 
Je pense qu'on oublie un détail, c'est que quand nina rentre de la maison des roses après le génocide des 40 personnes, johan l'attend avec le livre du monstre sans nom dans la main. A quel moment alors a t-il commencé les classes de lectures? Une autre question également, qu'est ce que nina a voulu dire quand elle se rappelle lui avoir tiré une balle dans la tête, "si je lui avait pardonné tout ça ne serait pas arrivé!" ?Je pense évident que la clé du problème est que johan s'est identifié au monstre du livre et son plan est tou simplement d'être le dernier, seul avec sa soeur. Mais a quel moment a t-il commencé à s'identifier au monstre et pourquoi terminer comme ça? Dans quel intérêt?
 
 
Le 04/05/2005 à 11:03:22 :
 
Je viens tout juste de refermer le dix-huitième tome. J'avais laissé passé pas mal de temps entre les 14 premiers et les 15 à 18, tout simplement parce que j'ai lu les 14 parus puis j'ai été pris par d'autres titres.
Le dernier tome est franchement bon.
Quant à tes questions, Piehr, j'avoue ne pas pouvoir y répondre : il faudrait que je relise les 3800 pages de la série, pour mieux en explorer les méandres. Je le ferai. Mais pas tout de suite ! Smiley Smiley
 
 
Le 16/04/2005 à 19:30:17 :
 
Oui, on est d'accord Smiley
Le problème, c'est que finalement, tout est dans l'interprétation, quoi Smiley

Je trouve le passé des enfants particulièrement flou, finalement ; un peu trop à mon gout Smiley

Bah, suffit de faire fonctionner son imagination, tant que ça ne provoque pas de problème scénaristique, ca me va... Smiley
 
 
Le 08/04/2005 à 15:38:51 :
 
concernant ce que devient Johann, c'est à chaque lecteur d'en juger !
Tu peux aussi penser qu'il part à la recherche de la vérité, concernant la dernière pensée de Tenma : Lorsque les deux enfants étaient habillés de la même manière, lequel d'entre eux leur mère a t'elle souhaité protéger ?

Ce qui suit la série n'est pas un problème, laisse juste libre court à ton imagination Smiley
 
 
Le 08/04/2005 à 15:35:10 :
 
Lorsque Johann égorge les deux paysans je trouve que c'est aussi surprenant mais je pense que comme ça soeur lui a expliqué dans les moindres détails ce qui c'est passé à la maison des roses on peut penser qu'il a été tout aussi traumatisé, ça peu être une explication.

Une deuxième chose que je n'arrive pas non plus a expliquer est la présence de bonbons empoisonnés à l'hôpital. Qui les a introduit dans la chambre ? Pour qui le poison était il vraiment destiné ?

Par contre à la fin de la série que devient Johann ?
Mon avis (plutôt optimiste)(->) maintenant qu'il a un nom il va pouvoir se construire une nouvelle vie.
 
 
Le 04/04/2005 à 11:04:05 :
 
Ce sujet s'adressent à ceux qui, comme moi, ont lu Monster jusqu'au bout. Les autres, ne lisez pas ce sujet ! Se serait dommage de vous gacher la fin d'une série culte...

Mon problème, c'est que je ne suis pas certain d'avoir bien tout compris. Voilà ce que j'ai saisi, n' hésitez pas à me corriger :

Chronologiquement :

- Un jour, Bonaparta vient s'emparer d'un des deux enfants, pour l'emmener aux classes de lecture. Au début du récit, le lecteur est convaincu que c'est Johann qui partira là-bas, tout comme Johann l'est lui-même.

- C'est durant ce passage à la maison des roses qu'à lieu le grand massacre. Mais Bonaparta veut protéger l'enfant, ne veut pas le faire entrer dans ce processus.. qui d'ailleurs n'est toujours pas très clair pour moi quant à ce qu'il se passait vraiment là-bas : première grande interrogation !

- On comprend plus tard que c'est en fait Anna qui était à la maison des roses. Lorsque celle-ci revient, elle a le temps de tout raconter à son frère...

Lorsqu'ils se retrouvent seuls, c'est à dire avant le 511 KinderHeim, Johann égorge deux paysans que les enfants rencontrent, dans la nature. Pourtant, d'où lui vient alors le monstre qui est déjà en lui ?
Pas des classes de lecture, il n'y ait pas allé.
Pas du 511 KinderHeim, il n'y a pas mis les pieds.
Des élements traumatisants du massacre qui a eu lieu à la maison des roses ? Possible... Mais je suis pas vraiment certain de ça.

Pour moi, c'est un gros trou, un truc que je ne suis pas sûr de saisir. La monstruosité de Johann a une origine, c'est la le sujet de ce manga, et je ne la saisi pas !

Après, que le 511 en ait fait une machine à tuer, soit. Mais c'est ce qui s'est passé avant, qui me pose problème.

Ci quelqu'un peut m'éclairer... Smiley
Message édité le 04/04/2005 à 11:04:38 par Piehr.
Message édité le Le 21/08/2011 à 00:12:59 par Cha
Message édité le Le 21/08/2011 à 00:14:33 par Cha
Message édité le Le 21/08/2011 à 00:27:45 par Piehr